Archives mensuelles : juillet 2023

Compte-rendu 3: Prendre place à l’école,  Expériences entre enseignement, recherche et formation- 13 et 14 juin 2023

La troisième rencontre du programme s’est intéressée aux expériences réalisées en milieu scolaire ou extra-scolaire dont l’objectif était de sensibiliser les enfants et les adolescents à leur milieu de vie.

Ce troisième workshop a permis de se faire rencontrer une quinzaine de personnes aux profils variés : chercheurs et chercheuses, étudiants en formation d’enseignement, chargés de projet à l’inspection d’académie, salariés ou fondateurs d’associations… L’objectif de ces deux journées était de réfléchir aux passerelles et à l’articulation entre enseignement-recherche-formation.

13 juin Après-midi

Organisée en trois temps, la première après- midi a été dédiée à des présentations académiques partageant des méthodes et expériences de recherche avec les jeunes.

« Les jeunes et la ville dans la région Sud» : présentation du projet Graphite, « Géographie prospective des territoires urbains »

Le projet de recherche Graphite a été présenté par Elisabeth Dorier, professeure des Université en Géographie (LPED UMR151 – AMU), Pierre Alain Cardona, directeur de l’association la Manufabrik (https://recherche-action.fr/manufabrik/), ainsi que trois étudiants en master de géographie (Olivier Marty, Lechevalier-Boissel Bettina et Loris Andreo) réalisant leurs mémoires de recherche sur le projet Graphite (https://graphite.lped.fr/).  

L’objectif de ce projet de recherche est d’explorer la ville à travers le regard des lycéens, avec l’appui d’une méthodologie co-construite et développée avec les enseignants du secondaire, notamment de géographie, et en prenant appui sur les programmes scolaires et l’enseignement moral et civique.

Dans un premier temps, les lycéens se voient proposer une entrée par les cartes : on leur demande de choisir différents lieux (aimés, détestés) qu’ils aimeraient aménager. L’identification des lieux, aux cours des années, a conduit à l’identification d’une base de données de plus de 18 000 lieux de vie fréquentés et visités, qui constitue en soi un corpus de choix sur les espaces de vie et de représentation des jeunes.

Puis, ce sont les jeunes qui emmènent les enseignants et les profs dans les quartiers repérés. L’objectif est donc d’amener à sa place : ses copains, ses camarades… et de partager le territoire.

Ils sont ensuite accompagnés à concevoir leurs projets en groupe, et amenés à les présenter publiquement dans un colloque final où acteurs éducatifs, institutionnels et l’ensemble des jeunes engagés dans ce projet sont présents.

La recherche souligne la capacité des élèves à projeter des réaménagements très concrets : rénovation habitat, routes, passages. Elle a permis de comparer le discours des jeunes des quartiers aux discours des habitants : de manière récurrente, dans les quartiers prioritaires, les adolescents présentent leurs territoires comme des quartiers avec beaucoup de coins positifs, mais parallèlement soulignent les manquements des pouvoirs publics.

Cela pose aussi la question du positionnement du chercheur : comment engager une relation de confiance ? Comment aborder les élèves sans un statut d’apprenant ? Comment créer une proximité avec les élèves, comment les écouter, qu’en retenir, sinon qu’ils apportent beaucoup, et qu’ils ont une grande connaissance de leurs quartiers ?

« Redonner de la place aux enfants – Porte d’Aix »

La présentation de Sébastien Delfavero, doctorant en urbanisme et aménagement (LIEU – AMU), est revenue sur le travail engagé avec des groupes d’enfants dans le cadre d’une thèse sur l’activation des espaces publics menée à Marseille, dans le secteur en mutation de la ZAC St-Charles-Porte d’Aix, dans le périmètre de l’EPA Euromediterranée.

La recherche se compose de deux temps :

  • une phase d’observation des espaces publics de la ZAC ;
  • une phase d’expérimentation in situ.

Suite aux premières observations, deux ateliers ont été organisés avec deux classes de CE2 dans deux écoles du quartier.  Chaque séance se divisait en deux parties : un temps en classe, où ont été abordés un certain nombre de termes et de notions, qui servaient à repérer les lieux et les pratiques des enfants ; un temps dans le quartier. Ces ateliers nous permettent de considérer le quartier à partir du regard des enfants et d’intégrer leurs remarques pour réajuster nos observations.

Au cours de la phase d’expérimentation, un groupe d’enfants de 9 à 11 ans d’un centre social du quartier, participe à un workshop de trois jours. Une demi-journée de jeu autour de l’histoire du quartier a précédé 4 demi-journées de fabrication d’une installation sur la base de rideaux tendus, qui a été testée par les enfants, sur la place de la Porte d’Aix. Ce « contre-dispositif », dont les enfants sont partie intégrante, ouvre une faille dans un espace accaparé par des hommes adultes, et contraint par les chantiers. Ainsi, il offre une prise aux passants et aux habitants en modifiant leur perception de l’espace. En plus de la légitimité des enfants et du jeu dans l’espace public, il permet de vérifier que le jeu est un moyen de desserrer les contraintes liées à l’espace.

Accompagner les enfants vers l’appropriation de leurs lieux  d’apprentissage, le cas de l’aménagement coopératif de la salle de classe en recherche participative, collège Henri Barnier à Marseille

La présentation s’appuyait sur la thèse menée par Laure-Sabine Bampi, architecte, docteure en sciences de l’éducation, portant sur l’architecture scolaire et plus précisément sur l’aménagement d’une salle de classe dans un collège de La Castellane, dans les quartiers Nords de Marseille.

Durant son travail de thèse, l’architecte a mené une expérimentation sur une classe de 100m2, qui était dans la configuration d’une salle de classe classique, afin de proposer un réaménagement réalisé par les élèves. A l’origine, l’action pédagogique entreprise dans le cadre de la recherche devait viser à pacifier les relations entre enfants et usagers, dans un établissement marqué par une montée en puissance des questions sécuritaires.

En partant de la question de la sécurité de l’établissement scolaire, des demandes d’enseignants pour aménager et modifier les salles de classe ont émergé, pour proposer des pratiques plus libres dans les salles de classe dont l’aménagement est fixe et généralisé.

Durant une année, une étude exploratoire a été menée. Le temps accordé : une année scolaire de suivi afin devait permettre de voir s’il y avait une évolution des pratiques, lorsqu’un réaménagement était mené de manière collégiale avec les élèves. La salle choisie, d’une taille de 100 m2, devait pouvoir accueillir différentes activités.

La méthode a pris dans un premier temps appui sur une observation : dans la salle laissée en l’état, les adolescents se sont installés à leur place classique. L’architecte a donc dû imaginer créer un moment de rupture pour aller vers des propositions novatrices. La salle de classe a ainsi été vidée de son mobilier, afin de laisser le groupe classe libre dans son environnement. Au bout de quelques minutes, tout le groupe classe s’est éclaté, les élèves jouant dans la salle, adoptant des postures libres, qui ont aussi amené à une rupture avec l’enseignant : celui-ci ramenant les élèves à des postures jugées acceptables et mis en difficulté de crainte de ne plus savoir comment gérer son groupe classe.

Une fois ce « choc » produit, l’aménagement a été délégué aux apprenants : les enseignants ont estimé que c’était aux élèves d’adapter le dispositif, pour leur permettre de projeter. Les élèves se sont mis à la tâche, avec des idées de réemploi (peu de budget), et des contraints rendant impossible de commander du matériel. Dès lors, dans cette salle de 100m², différentes zones ont été pensées : une zone de projection, une zone de travail dite « cool »…

Un suivi réalisé l’année suivante sur la salle aménagée, a permis d’observer une classe qui n’avait pas pris part à la conception, afin de vérifier qu’elle s’appropriait la salle. L’observation semble souligner une amélioration pas seulement du climat scolaire et invite à valoriser l’expertise juvénile.

Matinée du 14 juin 2023

La matinée du 14 juin a été consacrée à l’expérimentation d’outils proposés aux enfants, de manière à amener les participants de l’atelier à inverser leur posture et à tester de nouvelles méthodes et outils.

Dos au Paysage

Dans un premier temps, les participant.e.s ont pu tester le dispositif Dos au Paysage. Animé par Claire Fonticelli, ce dispositif d’atelier immersif propose une approche sensible au paysage ordinaire. Ce dispositif d’atelier immersif a été élaboré dans un cadre académique en 2018 par Natacha Guillaumont puis avec l’équipe de recherche « Paysage Projet Vivant » de l’HEPIA-Genève. Il a expérimenté dans différents contextes, allant des publics scolaires au étudiants en paysage.

Le dispositif repose sur un livret A4 cartonné, qui donne un mode d’emploi à suivre : il invite dans un premier temps à choisir un lieu où s’installer – dans le cadre de la matinée, les participant.e.s ont été amené.e.s à choisir un lieu près des terrains de sport du Jas du Bouffan, non loin de la MMSH. Le choix de ce lieu est laissé libre aux participant.e.s, la seule consigne donnée est « qu’il fasse paysage ». Une fois ce lieu choisi, il faut le dessiner. Une fois le dessin réalisé, le.a participant.e est invité à se retourner, et à dessiner ce qui se trouve dans son dos. L’objectif est ainsi d’amener les participant.e.s à la découverte d’un paysage ordinaire, non choisi et à y porter attention.

Enfin, les participant.e.s sont revenus en salle pour débriefer de l’exercice.

Atlas de l’invisible – entre récits autobiographiques, imaginaires et désirs urbains

Le deuxième atelier a été proposé par Francesca Riva et Elsa Menad des Associations 3,2,1 et association Momkin-espace de possibles. A partir d’un livre de Gianni Rodari Grammaire de l’imagination, l’association 3,2,1 a réalisé à l’aide des femmes de l’association la Baguette Magique du quartier La Castellane (Marseille) un jeu de carte. Elles ont, ensemble, construit un jeu à partir de cartes personnages (le guetteur, la mère, le bailleur social), lieux (le parc, l’appartement) et situations (violence, amour…). L’ensemble de ces cartes présentent un recto consistant en un dessin ou un collage et un verso précisant les éléments (description d’un lieu, d’un personnage). Chacune des cartes s’appuie sur le vécu des habitant.e.s du quartier. Les règles du jeu sont simples : chaque joueur tire une carte à tour de rôle et doit faire avancer l’histoire.

Après avoir demandé aux participant.es de proposer une carte personnage et une carte lieu, deux équipes se sont constituées pour pouvoir « jouer » à leur tour. L’intérêt du jeu est sans aucun doute de permettre d’expliciter l’indicible de certains contextes spécifiques, et de proposer d’imaginer des histoires collectives.

Après-midi du 14 juin 2023

L’après-midi, l’ensemble des participant.e.s ont été invité.e.s à travailler collectivement à la réalisation d’un dispositif permettant de prendre place dans la ville. A partir d’une consigne commune : « construisez un dispositif permettant à une classe de CM2 de reprendre place dans son quartier », deux équipes se sont constituées.

Prendre place au sein de l’établissement scolaire

La première équipe a travaillé sur un dispositif permettant de « prendre place » au sein de l’établissement scolaire, ou plutôt, de découvrir un nouvel établissement. L’équipe a imaginé un dispositif à destination d’une classe de CM2 découvrant le collège voisin. L’entrée par un escape game permettrait d’atteindre différents objectifs :

  • Désacraliser le fait que les élèves ne soient pas toujours à portée de vue des enseignants
  • Pour que des CM2 visitent le collège et pour dédramatiser l’entrée au collège.
  • Donner aux enfants la possibilité de s’approprier l’établissement par le jeu
  • Transformer le collège en lieu d’éducation active / Effet du corps et du bien-être dans l’établissement
  • Sortir des rôles et les décloisonner (étudiants, administratifs, personnels et enseignants)

Le dispositif envisagé s’appuyait sur une trame narrative : « Le bal de fin d’année est menacé, rien n’a été organisé à temps ! Il faut sauver le bal de fin d’année qui risque d’être annulé.  Rien n’a été prévu ! Il faut trouver un thème, une musique, demander l’autorisation à l’administration, décorer le gymnase… Tu vas devoir aller visiter le collège pour aider les 3e. Pour t’aider, nous te laissons une carte pour aller voir les différents espaces ».

Avec ce point de départ, l’enfant était invité à parcourir les classes du collège, à réaliser des exercices ou des jeux simples, et thématisé, l’accompagnant dans la découverte de l’établissement, de ses futurs enseignants, personnels administratifs et techniques. L’équipe a imaginé une série de jeux permettant d’aller à la découverte de l’établissement, tout en développant des compétences adaptées.

Prendre place dans son quartier

La deuxième équipe a de son côté, travaillé sur un dispositif extra-muros permettant aux enfants de « prendre place » dans le quartier. Proposé sur une année, de manière à éviter l’aspect « clef en main » de certains dispositifs, l’équipe proposait une série d’interventions invitant les enfants à faire visiter leur quartier à leurs enseignants, parents voire aux voisin.e.s en leur proposant un parcours commenté.

Le point de départ consisterait à demander aux enfants de réaliser des cartes mentales de leur quartier puis à les commenter afin de faire ressortir une diversité de lieux communs partagés par les enfants.

Les élèves sont ensuite amenés à en sélectionner quelques-uns qui constitueront des étapes de la visite du quartier.

La suite du travail s’articule autour de la construction du parcours de la visite et des traces qu’on peut laisser dans le quartier sur les lieux identifiés. Plusieurs pistes peuvent être proposées, travail sur la signalétique, la toponymie des lieux, des productions visuelles etc.

A l’arrivée, les enfants devront réaliser une visite guidée de leurs lieux auprès des enseignants, parents/voisins. En passant par différentes étapes, in fine, les enfants produiraient un carnet de visite et des plaquettes pédagogiques, en faisant des guides du quartier.

Le projet permettrait d’interroger la posture de l’enseignant, de faire travailler conjointement différentes disciplines (la géographie pour la connaissance du quartier, l’histoire avec une vision rétrospective de l’usage de certains lieux de proximité, la musique pour le paysage sonore, la SVT pour des relevés de biodiversité, …) tout en travaillant avec des acteurs locaux. Dans certains quartiers, très peu connus des enseignants, c’est également un levier pour les amener à la découverte des quartiers de leurs élèves.

Conclusion de la journée

Les deux équipes se sont ensuite présenté les projets qu’elles avaient imaginé, afin d’en discuter et d’en débattre. Si ceux-ci ne sont pas complètement aboutis, ils ont amené des discussions et des échanges riches, et ont surtout permis de faire travailler collectivement des chercheurs, des personnes des milieux associatifs ou des enseignants.