Archives mensuelles : avril 2023

Prendre place: Bienvenue jeunesses!

 

 

Enfances, adolescences et transformations urbaines en Méditerranée

Ce carnet de veille se veut un espace de dialogue et un outil de communication et de diffusion en lien avec le programme transversal et pluridisciplinaire de la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme-Aix-Marseille Université (MMSH-AMU, 2023, reconduit pour l’année 2024).

Avec Prendre place : enfances, adolescences et transformations urbaines en Méditerranée [ https://www.mmsh.fr/interdisciplinaire/prendre-place/ ]

nous souhaitons faire dialoguer non seulement des chercheuses et chercheurs de différentes disciplines qui s’intéressent au quotidien présent ou passé des filles, garçons et adolescent·e·s qui vivent en contextes urbains mais également des personnes de la société civile qui travaillent et sont au contact direct avec les jeunes générations de par leur travail dans des institutions scolaires mais aussi dans leurs associations qui proposent des activités dans et hors de l’école ainsi qu’au-delà des horaires de classe.

Comment les jeunes prennent place dans nos cadres de vie de plus en plus urbains et digitalisés de part et d’autre de la Méditerranée ? Quels regards portent-ils sur leurs milieux? De quelle manière peuvent-elles et ils en devenir des moteurs de transformation ? Mais également, comment nous positionnons-nous avec nos recherches en cours dans les réflexions sur la compréhension des transformations urbaines passées et présentes au prisme de l’impact des apprentissages de la vi(ll)e pour les jeunes générations ?

 

Responsables scientifiques

  • Gwenaëlle Audren (TELEMME, MMSH, Inspé- AMU)

  • Claire Fonticelli (LIEU, LAREP, ENSP, IUT-AMU)

  • Corinne Jegou  (ADEF, Inspé-AMU)

  • Nadja Monnet (LAA-LAVUE, ENSAM)

  • Nora Nafaa (chargée de recherche CNRS, TELEMME, MMSH)

Take your place: Young people welcome !

Childhoods, adolescences and urban transformations in the Mediterranean

The aim of this research blog is to create a space of dialogue and a tool for communication and distribution in relation with the cross-thematic and pluridisciplinary programme of the Maison méditerranéenne des scienes de l’homme, Aix Marseille University (MMSH-AMU).

With Take your place : Childhoods, adolescences and urban transformations in the Mediterranean our ambition is to encourage dialogue between researchers from different disciplines who are interested in the past and present everyday lives of children and teenagers living in urban contexts and scholars researching with those from civil society who work and/or who are in direct contact with the young people through their work in educational institutions and/or their work within associations proposing activities with young people within and beyond the school gates.

Questions underpinning this research include: How do young people across the Mediterranean incorporate themselves within environments that are increasingly urban and digitalised? How do they view the milieux in which they live? How might they become drivers of transformation? Further, how can we, as researchers interested in urban transformations past and present, study this in relation to changes in ways that young people learn about life in general and urban life in particular.

Research coordinators:

  • Gwenaëlle Audren (TELEMME, MMSH, Inspé- AMU)

  • Claire Fonticelli (LIEU, LAREP, ENSP, IUT-AMU)

  • Corinne Jegou  (ADEF, Inspé-AMU)

  • Nadja Monnet (LAA-LAVUE, ENSAM – main coordinatrice)

  • Nora Nafaa (chargée de recherche CNRS, TELEMME, MMSH)

This research blog seeks to create a space of exchange and reflection concerning the place of young people within cities around the Mediterranean basin.

Hacerse un lugar / encontrar su sitio

 

Niñez, adolescencias y transformaciones urbanas en el Mediterráneo

Este blog propone un espacio de dialogo para el programa interdisciplinario y transversal entre la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme y la Universidad Aix-Marseille (MMSH-AMU, 2023). Es también una herramienta de comunicación y difusión para dicho programa.

Con el programa Prendre place : enfances, adolescences et transformations urbaines en Méditerranée [ https://www.mmsh.fr/interdisciplinaire/prendre-place/ ] queremos fomentar el diálogo entre investigadoras e investigadores de distintas disciplinas interesados en la vida cotidiana actual y pasada de niños, niñas y adolescentes en contextos urbanos pero también con estructuras y personas que trabajan en el día a día con estos jóvenes en escuelas y asociaciones de tiempo libre extracurricular dentro y fuera del horario escolar.

¿Cómo dichas generaciones encuentran y generan su lugar en nuestros modos de vida cada vez más urbanizados y digitalizados de cada lado del Mediterráneo? ¿Cómo perciben su entorno? ¿De qué manera pueden volverse motores de transformaciones? Pero también ¿Cómo nos posicionamos con nuestras investigaciones en las reflexiones sobre los procesos actuales y pasados de transformaciones urbanas tomando como ángulo de análisis el impacto de crecer en la ciudad como niños, niñas y adolescentes?

Responsables científicas

  • Gwenaëlle Audren (TELEMME, MMSH, Inspé- AMU)

  • Claire Fonticelli (LIEU, LAREP, ENSP, IUT-AMU)

  • Corinne Jegou  (ADEF, Inspé-AMU)

  • Nadja Monnet (LAA-LAVUE, ENSAM)

  • Nora Nafaa (chargée de recherche CNRS, TELEMME, MMSH)

Un espacio de intercambios y reflexiones sobre los espacios cotidianos de los jóvenes (niños, niñas y adolescentes) en las ciudades alrededor del Mediterráneo.

Compte-rendu 2. Faire recherche avec les jeunes : quelle(s) place(s) prendre?

 

2ème rencontre – Inspé, Saint Jérôme

5 avril 2023

Objectifs de la journée:

Discuter de questions de méthodologie et d’éthique sur le faire recherche avec des enfants et des adolescents. mettre en commun nos manières de travailler avec les jeunes (enfants et/ou adolescents).

Interroger la place des corps des chercheuses et chercheurs dans le processus de nos analyses et nos manières de faire recherche avec des enfants et/ou adolescent·e·s

En matinée nous avons échangé autour de trois présentations :

Florence Bouillon nous a fait un retour critique sur son ethnographie d’une école alternative dans le centre de la France entre 2018 à 2020. Elle part du constat que cette enquête a été facile et se demande pourquoi elle s’est aussi bien passée.

Elle précise le contexte général français : une trentaine d’écoles démocratique sur le territoire. La 1ère a ouvert en 2014. Actuellement plutôt en phase de récession. Plusieurs ont été fermées suite à des mises en demeure par l’inspection académique. Écoles qui prônent l’auto-détermination des enfants. Écoles qui se disent « libérées des programmes, des cours et des salles de classes ».

Elle nous présente le contexte spécifique de l’école étudiée (un école démocratique, privée hors contrat), ses espaces. Puis elle explique les « facilités » du terrain et la manière dont elle s’est positionnée (elle a fait partie du comité de pilotage mais n’en prend pas la direction/ son statut d’universitaire a facilité l’entrée sur le terrain, qui s’est produite à un moment privilégié du projet d’école) pour faire sa recherche (avant tout avec les adultes plus qu’avec les jeunes), pour terminer en nuançant l’idée d’une enquête facile et en en montrant les limites.

Sa présentation lui a permis de reprendre les grandes lignes de l’article introductif du dossier Ethnographiques.org (nº43-juin 2022, disponible ici : https://www.ethnographiques.org/2022/numero-43/ ) qu’elle a co-coordonné :

– constat dans la littérature existante de la récurrence des difficultés d’accès à la parole des enfants (filtre des adultes qui en ont la charge, surtout dans le contexte scolaire),

– mise en avant des questions des postures/statut/identités de sexe, de classe de race qui influent sur la démarche de recherche,

– désingularisation du travail avec les enfants et adolescents,

– constat de plus d’efficacité pour obtenir la parole des jeunes quand on met en place des outils spécifiques,

– constat d’une absence de formation sur le travail avec les enfants et adolescentes dans les formations universitaires françaises.

Elle ouvre en fin de présentation sur les questions d’éthique et leurs potentielles entraves au déroulement d’une ethnographie « classique » (formulaire de consentement/assentiment, comité d’éthique).

Pour aller plus loin :

Bouillon, Florence, 2020, Mais que font les adultes ? Apprentissages autonomes et travail relationnel dans une école démocratique française, Spécificités, vol.2, nº 16, pp.70-86. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-specificites-2021-2-page-70.htm

Avec Fabienne Hejoaka nous avons abordé les usages du dessin d’enfant dans l’enquête qualitative, celui-ci étant par ailleurs largement utilisé depuis la fin du XIXe en psychologie, sciences du développement et de l’éducation ou dans le domaine de l’art, comme elle le détaille dans un article du numéro 43 d’ ethnographique.org, mentionné ci-dessus, qu’elle a également co-coordonné.

À partir de trois corpus de dessins (> 500 ) collectés au Burkina Faso et au Sénégal, elle a montré comment cet outil – auquel elle n’était pas formée lorsqu’elle a initié son enquête en 2005 avec des enfants vivant avec le VIH au Burkina Faso – est devenu central. Au fil des terrains, elle a appris à considérer les dessins dans leur variété et à prendre chaque production visuelle au sérieux, ceux qui à première vue relevaient du «gribouillis» pouvant se révéler être des supports d’entretien aussi heuristiques qu’un dessin très «léché».

Fabienne Hejoaka a décrit les différents usages et fonctions du dessins qui constitue un support de médiation à la construction de la relation d’enquête, en faisant office d’ice breaker (brise-glace). Il sert également de support visuel à l’entretien, facilitant l’élicitation de la parole, notamment sur des sujets relevant du secret (maladie) ou du tabou (mort, sexualité). Un dessin déconnecté de son contexte de production pouvant se révéler improductif, il est donc important de tenir compte des traces culturelles, sociales et environnementales qui transparaissent dans les dessins, ce que Paget (1932) appelle les «conventions locales», tout en gardant à l’esprit que des figures globalisées (Tortue Ninja, Cow-Boy…) peuvent également être esquissées.

Elle a ensuite évoqué les limites des usages du dessin, son utilisation dans l’enquête pouvant être chronophage quand les enfants y sont absorbés ou en réalisent plusieurs. Elle a souligné qu’il peut également y avoir des «biais» de contagion quand les enfants dessinent ensemble, mais aussi de la gêne chez les plus grands (les adolescents notamment), ceux-ci évaluant plus finement leurs (in)capacités graphiques et étant plus influencés par le rendu esthétique. Ils et elles sont plus dans le contrôle et peu enclin·e·s à dessiner quand ils considèrent qu’ils ne savent pas dessiner.

Le dessin est devenu pour elle un outil qu’elle utilise désormais au-delà de l’enquête proprement dite et pour sensibiliser corps médical et parents à la compréhension de la maladie par les enfants. Travaillant sur des questions de santé, elle a par ailleurs régulièrement dû obtenir l’avis de comités d’éthique, n’ayant pas le choix de demander ou non le consentement par écrit aux personnes avec qui elles travaillent. Pour elle, si cela peut être vécu comme une contrainte, elle considère que c’est un garde-fou pour le/la chercheur/euse (notamment sur des terrains sensibles et difficiles) et facilite la réflexion et la construction de l’information à communiquer aux enfants et aux parents dans la façon de leur présenter la recherche. Au début, elle ne recueillait que le consentement des adultes, et a progressivement cherché à recueillir l’assentiment des enfants/adolescents à travers une note d’information et un formulaire, manière également de leur reconnaître une place dans l’enquête, de les prendre au sérieux au même titre que les adultes. Le format des formulaires s’est transformé au cours de ses recherches, mobilisant progressivement le dessin, cette fois-ci réalisé par un dessinateur professionnel. Lors du confinement elle a ainsi travaillé avec une illustratrice pour concevoir une note d’information et un formulaire de consentement des enfants qui participaient à une enquête sur le COVID-19. Le formulaire a été conçu pour être ludique, «child friendly» et permettre à l’enfant de le remplir en autonomie. Fabienne Hejoaka a terminé en soulignant que l’éthique peut aussi être créative et mobilisé des supports variés (vidéos, marionnettes, photographies…).

Grégory Lo Monaco

Les villes en soi n’existent pas, elles sont représentées.

Définition d’une représentation sociale et la manière dont la psychologie sociale les analyse en fonction de si on cherche à comprendre leur genèse avec l’apparition d’un nouvel objet (type CODIC, Chat GPT), à analyser des pratiques et conversations, à étudier la structure des significations (recherche de l’idée centrale et des idées plus périphériques), à étudier les régulation sociales et sociologiques des significations.

La présentation a également été un temps d’exposé des techniques par questionnaire pour travailler ces questions à partir du cadre conceptuel des représentations sociales.

L’après-midi a été consacrée à la présentation/discussion autour de travaux en cours pour partager nos manières de faire :

Alice Lancien (fin de thèse en études urbaines) : a abordé l’usage de la vidéo avec des jeunes de milieux populaires qui ont été formés à filmer pour la plupart. Le travail a été réalisé avec une structure jeunesse et leurs éducateur·trice·s. Alice présente ce travail vidéographique comme une entrée dans ses terrains (à Barcelone dans le Raval et Paris, à la Chapelle), et comme une occasion pour arpenter la ville avec les jeunes et provoquer des situations d’observation. Ce qui est analysé c’est davantage le processus de production des vidéos que le produit final. Le scénario, proposé par les jeunes est négocié entre éducateurs, chercheuse et jeunes. La vidéo constitue alors un projet audiovisuel partagé qui pose la question de l’intersubjectivité. Une des vidéos scéarisée ne sera pas filmée. Vidéos disponibles sur la page web du projet Pop-Part jeunes de quartier : à Paris (https://jeunesdequartier.fr/videos) et à Barcelone (https://jeunesdequartier.fr/articles/grandir-dans-un-quartier-populaire-en-gentrification-a-barcelone). 

Luna Russo (2ème année, thèse en géographie, AMU, laboratoire TELEMMe, pôle pilote AMIRIC): Cartographies des salles de classe avec des élèves allophones

Sa thèse propose une réflexion autour de la place des élèves allophones dans les espaces scolaires en France. Elle interroge les places sociale, symbolique, géographique (c’est-à-dire la place physique dans l’espace et les mobilités dans celui-ci) et didactique (c’est-à-dire le rôle de l’élève au sein de ses apprentissages), ainsi que leurs différents niveaux/ dimensions et inscriptions socio-spatiales et temporelles, dans l’espace géographique et dans le milieu didactique que les élèves allophones occupent.

Elle a partagé un volet de sa méthodologie de recherche qui consiste à mettre en place des ateliers individuels de cartes mentales de l’espace de la classe notamment, avec les professeurs et des élèves allophones afin d’avoir accès à leurs représentations.

Son intervention a permis de revenir sur les questions de genre abordée en matinée et a soulevé la question de la proximité d’âge quand on fait de la recherche en étant jeune avec des jeunes.

Sébastien Delfavéro (fin de thèse en urbanisme et aménagement – contrat CIFRE euroméditerranée) :

ZAC Saint -Charles/ Poret dAix – Espace pris en étau entre de nombreux chantiers et une variété de groupes, parfois en conflit

A travaillé avec la Compagnie des Rêves urbains et l’agence d’architecture Aino.

Les ateliers réalisés avec la Compagnie des Rêves urbains lui ont permis de faire le constat d’un décalage entre le déclaratif des enfants (espace très usités selon leurs dires et ceux des mères accompagnantes) et les usages observés qu’il a qualifié de « surinvestissement imaginaire de ce lieu ».

Une action/performance avec l’agence Aino et le centre social a été réalisée à l’été 2022 pour attirer l’attention sur la fermeture depuis trois ans d’un parc sur la porte d’Aix terminé en 2019. L’idée était que les enfants sont des passeurs qui pouvaient sensibiliser sur cette fermeture les adultes et plus particulièrement leurs parents. Avec des tissus mis sur la place pour décongestionner l’espace, la volonté était de créer du jeu : comment mettre du jeu pour redistribuer les cartes de l’occupation de la place ?

Le fait que des enfants jouent avec des rideaux sur la place a ouvert une brève et a permis des circulations au milieu de la place alors qu’avant les piétions et piétonnes passaient plutôt en périphéries de celle-ci.

Sébastien Delfavéro mentionne que la démarche utilisée s’est « servie » des enfants pour ouvrir la place, tout en interrogeant l’éthique de cette manière de procéder. L’observation des attitudes des différentes personnes, occupants ou passants, et la redistribution spontanée des différents groupes dans l’espace pour laisser une place aux enfants montre que leur légitimité à occuper l’espace public n’est pas source de questionnement.

Présentation de l’expérience de Nadja Monnet dans son travail avec les jeunes

D’une recherche auprès des enfants et adolescents à une recherche avec eux et d’autres non chercheur·e·s

Même si auparavant elle avait déjà observé les usages et postures d’enfants et d’adolescent·e·s dans différents espaces de la ville de Barcelone (notamment dans son travail sur la place de la Catalogne), elle considère que sa première expérience de travail avec des jeunes a démarré dans le cadre d’un projet de recherche financée par le Ministère de la Compétitivité espagnole en 2013 avec une ethnographie en mouvement avec de jeunes adoptés : protocole inspiré de la méthodologie de Jean- François Augoyard pour l’analyse des cheminements à l’Arlequin à Grenoble (Pas à pas ; essai sur le cheminement quotidien en milieu urbain) et des travaux de Jean-Yves Petiteau (méthode des itinéraires) mais qui se distancie clairement des itinéraires accompagnés (très utilisés en école d’architecture) ; importance de faire plusieurs trajets pour se familiariser ; rôle de la marche/de l’arpentage des lieux quotidiens des jeunes comme déclencheur de la parole ; importance des silences ; relation moins asymétrique que dans un entretien en face à face « conventionnel » ; intersection des trajets et des trajectoires / fonction thérapeutique de la marche / côte gratifiant de participer à la recherche / échange de poème (cf dessin-cadeau évoqué par Fabienne Hejoaka)

Pour plus de détails : https://revistas.ucm.es/index.php/SOCI/article/view/67798  https://revistas.ucm.es/index.php/RASO/article/view/56044

Actuellement participation à un processus de recherche au parc de la Jougarelle à la Catsellane avec les enfants/adolescents mais aussi avec des associations : 321 (pédagogie sociale), Momkin (artistes), Trait d’Union (association d’habitantes). La marche en côte à côte est plus difficile à mettre en place (cf les zones interdites ou dans lesquelles on ne veut pas se présenter avec d’autres, évoquées par Alice Lancien) ; rôle de l’art et plus particulièrement du dessin comme vecteur de dialogue avec les enfants pour comprendre leur rapport au milieu.

Furtive ouverture en fin de journée sur la question de faire recherche dans un environnement transformateur et du rôle des chercheur·e·s dans celle-ci. Comme le déplore le numéro ethnographiques.org consacré au faire recherche avec des enfants et adolescents, nous n’avons pas non plus abordé la question de l’usage des outils numériques car aucun des participants et participantes réuni·e·s ce jour ne travaille avec ces outils.

Nous étions dans une salle expérimentale de l’Inspé qui permet de voir sans être vu, ce qui rend impossible la négociation (explicite ou implicite) de sa place de chercheur ou chercheuse, des territoires de la recherche, des relations avec ses interlocuteurs dont nous avons débattu tout au long de la journée. Le corps à corps avec les personnes avec qui elle ou il travaille est effacé, le tact nécessaire à toute démarche qualitative de recherche en face à face avec des êtres et des lieux, annulé. Florence Bouillon rappelait en début de journée à ce propos ce qu’a écrit l’anthropologue Jeanne Favret Saada qui a travaillé sur la sorcellerie dans le Bocage : être engagé·e sur le terrain, c’est est être assigné·e à une place par les personnes avec lesquelles on travaille, qui dépendra notamment du tact que la chercheuse ou le chercheur aura su déployer.