Archives mensuelles : janvier 2023

Compte-rendu 1. Quelle(s) place(s) pour les enfants dans la cité?

Annie-Hélène Dufour (photographe),  Collection Jeux et traditions enfantines, Saint-Michel-l’Observatoire, mars 1982.  Image sous licence CC-BY, conservée au secteur archives de la recherche de la Médiathèque de la MMSH.

1ères rencontres – MMSH, Aix-Marseille

23 et 24 janvier 2023

La première demi-journée s’est tenue en huis-clos entre les membres du programme pour apprendre à se connaître et initier des débats autours des thèmes du programme. Toute rencontre interdisciplinaire nécessite du temps non seulement pour comprendr et apprivoiser les méthodes et les démarches de travail des collègues mais aussi connaître leurs conditions de production de savoirs. Il est également fondamental de partager autour du sens des termes employés par les un·e·s et les autres. Car ce n’est pas parce que l’on parle le même langage qu’on comprend la même chose; tout comme parfois, nous utilisons des termes différents pour dire la même chose. Il est donc important de prendre le temps de s’accorder sur le sens des mots. Cette première demi-journée a donc servi à ébaucher les contours d’une réflexion commune sur les sens donnés aux différents mots clés et titre du programme.

Le programme, s’inscrivant dans la thématique prioritaire de la MMSH Appropriations et transformations des milieu, propose d’emblée une définition du teme milieu qui a été rappelée en début de séance. Nous concevons le milieu, selon la définition qu’en donne Augustin Berque, à savoir que pour nous le milieu se différencie de la notion d’environnement (qui est un objet externe et abstrait par la science). L’environnement est conçu et perçu par les humains comme quelque chose d’extérieur à soi. Or, le milieu, pour Augustin Berque, n’est pas séparable de l’être humain. C’est la relation dynamique entre les corps individuels et le contexte socio-éco-techno-symbolique nécessaire à la survie des corps individuels et collectifs. Au-delà des caractéristiques d’un territoire, c’est donc la somme des croyances et us et coutumes des personnes qui façonnent les lieux ; tout comme les qualités des espaces et leur peuplement impactent habitudes et imaginaires des habitant·e·s du lieu. Sur la base de cette manière d’appréhender les modes de vies et les espaces du quotidien, nous avons débattu collectivement et en petits groupes (dans lesquels doctorant·e·s, chercheuses-enseignantes, formatrices et personnes issues du monde associatif étaient rassemblés) sur :

             – les jeunes générations: y inlcut-on les bébés? Que fait-on quand on pose des limites entre des groupes d’âges? Quel impact dans la réflexion? Dans les manières de faire recherche? Difficile néanmoins de les apréhender en un unique groupe sans tenir compte des spécificités de chaque tranche d’âge, des origines socio-économiques de la famille, de leur trajectoire de vie, singulière a chacun·e.

              – les transformations urbaines: Pour certaines personnes, il y a transformation urbaine quand la forme spatiale change; pour d’autres, le vivre urbain ne relève pas que d’un phénomène spatial, ancré dans les villes, métropoles ou mégalopoles mais relève de mutations dans les pratiques et habitudes de la vie quotidienne urbaine qui prend racine dans les villes modernes de la fin du 19ème siècle. Les vifs débats autour de ces manières de voir la transformation urbaine nous ont mené à clarifier que l’espace est déjà conçu dans les pratiques et les usages de chacun·et que celui-ci n’est pas que de l’ordre de la conception architecturale, urbanistique et paysagère. En suivant la pensée d’Henri Lefebvre dans la Production de l’espace, nous avons posé que l’urbain ne se résume pas à un lieu mais est une manière de vivre. Il dépasse ainsi largement la ville. Les transformations urbaines peuvent alors être comprises au-delà des changements dans l’organisation des lieux, c’est à dire en terme d’interventions spatiales, résultats de choix politiques.

Le croisement de tous ces termes s’est traduit par la mise en avant de questions légèrement différentes en fonction des formations des un·e·s et des autres:

Les personnes issus de démarche de projet l’ont traduit par des questionnements autour des manières d’impliquer les jeunes dans l’expertise de leur milieu de vie: comment produire de l’expertise “juvénile”?

et les chercheurs l’ont transposé en cette question: Comment appréhender la vie quotidienne des jeunes générations (dans leurs usages des espaces publics, à l’école, dans leurs intérieurs) comme leviers des transformations urbaines?

Les associations présentes ont souligné l’importance de décloisonner les savoirs sur les jeunes mais également de décloisonner les espaces pensés pour les jeunes générations et les coupures que cela crée entre elles et avec les différentes personnes qui s’occupent d’elles: comment créer du lien entre famille, école, périscolaire et lieux du quotidien? Comment l’art peut intervenir pour voir notre quotidien autrement?

Ce programme pose donc volontairement la vaste notion de vie quotidienne des jeunes pour tenter de penser conjointement des espaces souvent analysés et abordés séparement ainsi que de faire dialoguer des chercheurs qui travaillent sur l’enfance ou l’adolescence, l’école, le rapport des jeunes aux espaces publics, l’apprentissage des milieux de vie, du paysage et ne se croisent pas souvent.

Ce qui demande un important travail d’ajustement dans la compréhension de nos situations, postures et termes employés. Celui-ci s’est poursuivi tout au long de l’année, même si par la suite nous n’y avons pas consacré un temps spécifique, comme ce 23 janvier après-midi.

Le lendemain, nous avons échangé avec Christophe Meunier, formateur en histoire-géographie à l’INSPE Centre Val de Loire de l’Université d’Orléans, co-organisateur, avec Cécile Boulaire, directrice du département de français (filière Lettres) de l’Université de Tours, du séminaire 2021-2022 L’enfant et la ville, images, récits, espaces. Celui-ci a été une co-production entre le laboratoire INteractions, Transferts, Ruptures artistiques et culturels (INTRU) et l’Asociation française de recherche sur les livres et objets culturels de l’enfance (AFRELOCE). Il s’est déroulé en cinq étapes qui a rassemblé des chercheurs de différentes disciplines avec une attention particulière aux recherches sur la littérature enfantine. Christophe Meunier nous a expliqué les objectifs, la démarche et le fonctionnement de ces rencontres. Il en a retracé ensuite les axes majeurs et évoqué les angles morts dela recherche sur la littérature enfantine et de manière plus large sur celle qui s’intéresse à la place des enfants dans la ville, révélés par leur séminaire : les bruits de la ville, la ville et les jeux vidéos, la ville dans le manga, les jeux de construction et la représentation de la ville ainsi que l’analyse de la parole de l’enfant.

Le public a prolongé cette liste en mentionant l’importance des téléphones portables dans le quotidien des jeunes et qui ont un impact sur leur représentation du territoire, leur manière d’appréhender leurs espaces du quotidien (orientation, géolocalisation, prise de rendez-vous) ainsi que la diffculté pour les enfanst et adolescents de s’extraire du regard numérique, même quand ils et elles jouent. Les sonorités des portables ont envahi les villes tout comme les adultes sont branchés sur leurs écouteurs, se coupant ainis des sonorités de la rue et d’u contact auditif avec leurs enfants. Le portable semble peu présent dans les albums jeunesses tout comme le péri-urbain.

Bientôt, dans la revue en ligne Strenae (nº 23, 2024), un dossier au nom éponyme au séminaire de 2021-2022 reflètera la somme des contribution de ces cinq temps de réflexion qui peuvent, entre temps, être visionnés ici: https://magasindesenfants.hypotheses.org/10013 .

 Nous avons ensuite débattu avec Valérie Simonet de son film Citizen Kids (2022, 52 min.). Autrice et réalisatrice indépendante, elle est diplômée de l’École supérieure des sciences économiques et commerciales (Essec). Ses premiers films ont été dédiés à la Méditerranée, des profondeurs de la mer à son Histoire millénaire. Elle se consacre aujourd’hui à des documentaires de société sur le monde de l’enfance et de l’Éducation.

Avant la projection de son film, elle souligne que les enfants ont la capacité de pointer des choses que les adultes ne voient plus et qu’ils ont une conscience aïgue du collectif. Elle souligne l’importance de l’expérimentation pour leurs apprentissages.

La question centrale posée par ce film est le déni de citoyenneté aux enfants, leur non reconnaissance comme des citoyennes et citoyens à part entière dès leur naissance, malgré la signature de la convention des doits de l’enfant, ratifiée à New Yok, il y a 30 ans. La voix de l’enfant n’est que rarement écoutée. En partant du constat des difficultés pour les jeunes marseillais d’être et de s’approprier leurs espaces du quotidien en ville, Valérie Simmonet part à la recherche d’exemples concrêts qui prennent l parole des enfants au sérieux et leur permettent d’être plus autonome dans leur déplacement et d’être partie prenante des transformations de leurs espaces de vie.

Ce film nous a permis de nous familiariser avec le travail réalisé à Encagnane (Aix-en-Provence) par l’association Hors Gabarit, partenaire du programme dans leur procesus de transformation du parvis d’école qui est l’un des temps forts du film.