Archives de catégorie : Workshops

Faire recherche avec les enfants, 28 juin 2024




Vendredi 28 juin 2024, 11h – 17h

Esquisse de l’IMVT (33 rue Bernard Dubois – 13001 Marseille)

Lors de cette journée, il s’agira de poursuivre les réflexion éthiques, méthodologiques et épistémologiques du faire recherche avec les enfants, initiée dans le cadre du programme en 2023.

Présentation du rapport “Se mettre en recherche avec des enfants”, pour l’INSHS du CNRS (programme de soutien aux sciences partagées 2023), disponible sur HAL https://hal.science/hal-04497613

en dialogue avec :

Elsa Zotian, anthropologue, membre du Laboratoire de sciences sociales appliquées (LASSA)

Pascal Nicolas-Le-Strat, maître de conférence en sciences de l’éducation à Paris 8, chercheur au laboratoire Experice et auteur du livre Faire recherche en commun (Ed. du commun, 2024)

Jean-Paul Thibeau, méta-artiste, coordinateur des Protocoles Méta, des méta-ateliers et des méta-skholé

Repas partagé entre 12h30 et 13h30 (inscription obligatoire)

Contact et inscription : nadja.monnet@marseille.archi.fr

Compte-rendu 4: Pratiques filmiques et archives audiovisuelles pour penser la place des enfants et des adolescent·e·s à Marseille – 27 novembre 2023

Cette 4ème rencontre s’est tenue à l’Institut National de l’audiovisuel, au siège de sa délégation méditerranéenne à Marseille. Elle a eu pour objectif de réfléchir à l’usage des pratiques filmiques et des documents audiovisuels dans la recherche avec des enfants et adolescent·e·s.

Sur la base de deux productions filmiques, nous avons discuté dans un premier temps de ce que l’usage d’un média audiovisuel déclenche dans la prise de parole des jeunes pour communiquer sur leurs espaces de vie du quotidien mais aussi, comment l’audiovisuel peut devenir un outil pour révéler des pratiques sur l’agir avec les jeunes.

Christine Félix (enseignante-chercheuse en Sciences de l’éducation à Aix-Marseille Université) et Agnès Maury (vidéaste-réalisatrice) nous ont présenté un fragment de leur film encore en montage. « Laissés-pour-compte ». Réussite des élèves dans un quartier marqué par la pauvreté est réalisé par Les Films du Papillon, en collaboration avec divers partenaires impliqués dans la co-conception et la réalisation de celui-ci: élèves, familles, enseignants, Principal du collège Quinet, Directeur des écoles Saint-Charles 1 & 2, personnels éducatifs, associatifs, chercheurs.

Le projet de ce film documentaire vise à croiser les regards entre recherche, terrain et formation autour des dynamiques qui contribuent à la réussite éducative de l’ensemble des élèves et se nouant entre différents acteurs (scolaires, associatifs, familiaux) au sein d’un territoire d’éducation prioritaire Marseillais. « Sans angélisme ni misérabilisme », selon les propres termes du principal du collège Quinet lors d’une réunion de travail organisant une « visite du territoire organisée par les habitant·e·s du quartier à l’adresse de quelques enseignants stagiaires volontaires», il s’agit de saisir l’opportunité de (faire) parler ces différents acteurs de leur quartier où les difficultés économiques, sociales et éducatives sont les plus fortes, pour dépasser l’image négative de ces territoires et en mesurer une plus juste réalité.

Cherchant à contribuer à la création d’espaces d’interconnaissance, dans une « parité d’estime » entre les divers acteurs, ce film documentaire est porteur de deux fonctions principales :

-Une fonction de production d’un objet concret, le documentaire, qui matérialise tout le processus engagé dans ce projet. Un objet qui doit pouvoir s’exposer publiquement, servir de ressource pour susciter le débat et la controverse dans les espaces sociaux où il sera présenté, (formation, animation de quartier, ateliers associatifs, …).

-Une fonction de co-développement des compétences des participants au projet du film documentaire, confrontés à leur invisibilités réciproques en vue de restaurer leur expérience mutuelle et lutter, individuellement et collectivement, contre le fatalisme du « c’est comme ça on n’y peut rien ».

La place de Christine Félix et Agnès Maury dans ce projet n’est pas celle d’expertes venant expliquer aux professionnel·le·s et aux habitant·e·s ce qu’il conviendrait de faire et comment il conviendrait de le faire pour lutter efficacement contre les inégalités socio-urbaines et les difficultés à se comprendre entre partenaires. En revanche, l’enjeu scientifique qui organise les interventions avec l’ensemble des acteurs du projet repose sur un engagement de notre part où il ne s’agit nullement de nier les obstacles, mais bien au contraire, d’aller à la rencontre de l’autre, sans moquerie ni détestation, pour contribuer, dans un effort conjugué avec les personnes concernées, à décaler les rapports de force.

Pour reprendre les mots d’Yves Schwartz (dans « Du détour théorique à l’activité comme puissance de convocation des savoirs ». Éducation permanente, n° 170, 2007, pp.13-23), les participant·e·s à ce projet se sont efforcés collectivement de : « rendre « visibles les réserves d’alternative » contenus dans les situations concrètes de vie et de travail au prix d’un travail sur les singularités et l’intelligibilité des situations, refusant les catégories toutes faites, en renvoyant à « la double tâche de se forger des concepts adéquats et de se confronter aux urgences et aux demandes du présent ».

Après la projection de la deuxième séquence du film qui présente le territoire et ses caractéristiques, les débats ont tourné autour du protocole filmique, notamment la question du cadre et des différentes manières de filmer (caméra à la main qui permet l’entrée dans l’intimité de situations de vie versus des plans plus distanciés et panoramiques), la nécessité du temps long et d’une familiarisation aux manières de procéder de la chercheuse pour permettre l’émergence d’une parole tant de la part des jeunes comme des adultes ; les différents dispositifs de narration (interviews planifiés, sur le vif, voix en off). Si le film peut être à destination du grand public, pour ces autrices, il est avant tout un outil pour former les futurs enseignant·e·s, pour leur permettre d’avoir une auto-réflexion sur leurs pratiques (Christine Félix travaille depuis plus de 20 ans à filmer les dynamiques de classe), pour les sensibiliser à l’importance de connaître le contexte dans lequel ces personnes travaillent et d’avoir une vision u peu plus précise de ce que les enfants vivent au quotidien. Des échanges ont lieu sur la question des gestes professionnels à transmettre aux étudiants de l’Institut Supérieur du Professorat et de l’Éducation.

Le deuxième travail était d’une tout autre nature. Les pépites d’Air Bel : un regard sur Marseille à hauteur d’enfants (5 min 38), produit par l’association Polly Maggoo est le fruit d’une collaboration courte entre une chercheuse Aude-Line Gervais (ATER à l’INSPÉ d’Aix-Marseille Université et doctorante à l’UMR 7303 TELEMMe elle prépare une thèse de géographie sur le rôle de dispositifs éducatifs dans la fabrique de la ville à Marseille) et une photographe-cinéaste, formées aux Beaux-Arts de Nîmes puis de Marseille, Louise Pinto Coelho Farge (co-fondatrice de In Medias Res, une association de production culturelle où elle développe à côté de ses créations vidéo un travail de coordination et d’accompagnement de projets pédagogique et artistique autour du cinéma).

Leur court-métrage est le fruit d’une immersion de six demi-journées et d’une sortie à l’Estaque avec des élèves d’une classe de CE2 de l’école Air-Bel, la première quinzaine de juin 2023. L’initiative fait partie d’un dispositif pédagogique éprouvé depuis plusieurs années par l’association Polly Maggoo qui crée des duos d’artistes et de chercheurs pour mettre en place avec un groupe classe un film d’animation scientifique.

À partir d’une pluralité d’activités (cartes mentales, balade urbaine, croquis de paysage, atelier d’écriture, interviews), Aude-Line Gervais et Louise Pinto Coelho Farge ont interrogé les représentations et pratiques que ces enfants, scolarisés en éducation prioritaire et généralement issus de l’immigration récente, ont sur Marseille. Que connaissent-ils de leur ville ? En ont-ils un sentiment d’appartenance ou bien se sentent-ils plutôt rattachés à leur quartier ? Comment leur identité se construit-elle entre plusieurs lieux, entre des « ici » et des « ailleurs » ? Un autre objectif était également de leur présenter les coulisses du cinéma et de leurs expliquer en faisant avec eux, des rudiments de techniques cinématographiques. Co-construit avec les élèves, ce film est une modeste restitution de ces questionnements qui a été présenté aux familles à la fin juin.

Les autrices de ce film d’animation ont évoqués les écueils et difficultés d’un tel projet (difficulté de sortir des attendus scolaires pour les enfants, du travail en collectif, incompréhension sur les mots) mais aussi les heureuses surprises (déconstruction d’a-priori sur le cloisonnement des enfants dans leur quartier, l’investissement de certains enfants et leur attachement à l’équipe).

S’est posée la question des échelles qui ne sont pas les mêmes pour les adultes que pour les enfants. Il a été relevé la nécessité d’être à leur écoute pour les valoriser à la bonne échelle. La manière de donner la parole aux enfants a également fait débat : comment leur donner la parole sans que celle-ci soit conditionnée par les adultes qui les « encadrent » ?

L’après-midi, Sophie Gillery, responsable documentaire de l’INA Méditerranée nous a présenté les trois missions (conserver, valoriser et transmettre) de l’INA. Elle nous a retracé l’histoire de l’institution depuis le milieu des années 1970 jusqu’à nos jours, en le replaçant dans le contexte plus large de la manière dont les grands groupes de presse se sont emparés de la naissance de la radio et des productions audiovisuelles. Elle a ensuite expliqué quels sont les services à la disposition des chercheurs. Lucas Dulermo (étudiant en Master 2 Histoire, civilisations, patrimoine à AMU) a présenté son travail sur les archives de l’INA sur les 50 ans de Mai 68. Son travail a permis de rappeler les règles en vigueur au sujet des droits d’auteurs des images.

Ensuite, Mireille Maurice, (déléguée régionale INA Méditerranée) et Sophie Gebeil (maître de conférences en histoire, UMR 7303 TELEMMe, AMU-CNRS et membre de l’Institut Universitaire de France) nous ont présenté la fresque SUDORAMA. Avec plus de 500 documents issus des archives de l’Institut national de l’audiovisuel depuis 1940, Sudorama retrace, dans toute leur foisonnante variété, soixante-dix ans de moments partagés en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Successeur de Repères Méditerranéens, initiative déjà née de la coopération entre la Région Sud, l’INA en partenariat avec le laboratoire TELEMMe, Sudorama prolonge cette ambition culturelle partagée avec l’objectif de s’ouvrir à un public toujours plus grand. À ce titre, la jeunesse fait l’objet d’une attention particulière. Sudorama est accessible dans tous les lycées de la région via l’environnement numérique de travail, et propose pour les élèves et les enseignants des « repères pédagogiques » spécialement dédiés à l’usage éducatif des archives audiovisuelles. À la fois didactique et ludique, Sudorama poursuit une authentique vocation citoyenne : permettre de voir l’actualité autrement, en l’observant au prisme d’un passé qui éclaire toujours le présent.

Nous avons terminé l’après-midi, en discutant autour d’un fragment de l’émission « Vivre à loisir » de la 3ème chaîne du 6 juillet 1973 intitulée « Le terrain des aventures ». Dans ce 27ème numéro d’une série documentaire consacrée à l’intérêt des Français pour les loisirs et de nouveaux modes de vivre, René Vautier traite de l’apparition de terrains d’aventure à Londres et à Paris ainsi que les débats que ces activités à l’air libre réalisées par les enfants engendre à Marseille. Le fragment choisi retraçait l’origine des terrains d’aventure à Londres où la place et le rôle des enfants dans leur revendications d’espaces dans la ville qui se densifie étaient bien différent de ceux qu’ils et elles ont et prennent de nos jours.

Au cours de cette journée, nous avons donc pu poursuivre certains des débats déjà initiés lors des événements précédents du programme Prendre place (la place de l’enfant dans la cité, le fait de se mettre en recherche avec les jeunes ainsi que des liens entre enseignement, recherche et formation), tout en ouvrant un nouveau volet sur les potentiels des archives nationales de l’audiovisuel autour de la place des enfants et adolescents dans la métropole d’Aix-Marseille.

Compte-rendu 3: Prendre place à l’école,  Expériences entre enseignement, recherche et formation- 13 et 14 juin 2023

La troisième rencontre du programme s’est intéressée aux expériences réalisées en milieu scolaire ou extra-scolaire dont l’objectif était de sensibiliser les enfants et les adolescents à leur milieu de vie.

Ce troisième workshop a permis de se faire rencontrer une quinzaine de personnes aux profils variés : chercheurs et chercheuses, étudiants en formation d’enseignement, chargés de projet à l’inspection d’académie, salariés ou fondateurs d’associations… L’objectif de ces deux journées était de réfléchir aux passerelles et à l’articulation entre enseignement-recherche-formation.

13 juin Après-midi

Organisée en trois temps, la première après- midi a été dédiée à des présentations académiques partageant des méthodes et expériences de recherche avec les jeunes.

« Les jeunes et la ville dans la région Sud» : présentation du projet Graphite, « Géographie prospective des territoires urbains »

Le projet de recherche Graphite a été présenté par Elisabeth Dorier, professeure des Université en Géographie (LPED UMR151 – AMU), Pierre Alain Cardona, directeur de l’association la Manufabrik (https://recherche-action.fr/manufabrik/), ainsi que trois étudiants en master de géographie (Olivier Marty, Lechevalier-Boissel Bettina et Loris Andreo) réalisant leurs mémoires de recherche sur le projet Graphite (https://graphite.lped.fr/).  

L’objectif de ce projet de recherche est d’explorer la ville à travers le regard des lycéens, avec l’appui d’une méthodologie co-construite et développée avec les enseignants du secondaire, notamment de géographie, et en prenant appui sur les programmes scolaires et l’enseignement moral et civique.

Dans un premier temps, les lycéens se voient proposer une entrée par les cartes : on leur demande de choisir différents lieux (aimés, détestés) qu’ils aimeraient aménager. L’identification des lieux, aux cours des années, a conduit à l’identification d’une base de données de plus de 18 000 lieux de vie fréquentés et visités, qui constitue en soi un corpus de choix sur les espaces de vie et de représentation des jeunes.

Puis, ce sont les jeunes qui emmènent les enseignants et les profs dans les quartiers repérés. L’objectif est donc d’amener à sa place : ses copains, ses camarades… et de partager le territoire.

Ils sont ensuite accompagnés à concevoir leurs projets en groupe, et amenés à les présenter publiquement dans un colloque final où acteurs éducatifs, institutionnels et l’ensemble des jeunes engagés dans ce projet sont présents.

La recherche souligne la capacité des élèves à projeter des réaménagements très concrets : rénovation habitat, routes, passages. Elle a permis de comparer le discours des jeunes des quartiers aux discours des habitants : de manière récurrente, dans les quartiers prioritaires, les adolescents présentent leurs territoires comme des quartiers avec beaucoup de coins positifs, mais parallèlement soulignent les manquements des pouvoirs publics.

Cela pose aussi la question du positionnement du chercheur : comment engager une relation de confiance ? Comment aborder les élèves sans un statut d’apprenant ? Comment créer une proximité avec les élèves, comment les écouter, qu’en retenir, sinon qu’ils apportent beaucoup, et qu’ils ont une grande connaissance de leurs quartiers ?

« Redonner de la place aux enfants – Porte d’Aix »

La présentation de Sébastien Delfavero, doctorant en urbanisme et aménagement (LIEU – AMU), est revenue sur le travail engagé avec des groupes d’enfants dans le cadre d’une thèse sur l’activation des espaces publics menée à Marseille, dans le secteur en mutation de la ZAC St-Charles-Porte d’Aix, dans le périmètre de l’EPA Euromediterranée.

La recherche se compose de deux temps :

  • une phase d’observation des espaces publics de la ZAC ;
  • une phase d’expérimentation in situ.

Suite aux premières observations, deux ateliers ont été organisés avec deux classes de CE2 dans deux écoles du quartier.  Chaque séance se divisait en deux parties : un temps en classe, où ont été abordés un certain nombre de termes et de notions, qui servaient à repérer les lieux et les pratiques des enfants ; un temps dans le quartier. Ces ateliers nous permettent de considérer le quartier à partir du regard des enfants et d’intégrer leurs remarques pour réajuster nos observations.

Au cours de la phase d’expérimentation, un groupe d’enfants de 9 à 11 ans d’un centre social du quartier, participe à un workshop de trois jours. Une demi-journée de jeu autour de l’histoire du quartier a précédé 4 demi-journées de fabrication d’une installation sur la base de rideaux tendus, qui a été testée par les enfants, sur la place de la Porte d’Aix. Ce « contre-dispositif », dont les enfants sont partie intégrante, ouvre une faille dans un espace accaparé par des hommes adultes, et contraint par les chantiers. Ainsi, il offre une prise aux passants et aux habitants en modifiant leur perception de l’espace. En plus de la légitimité des enfants et du jeu dans l’espace public, il permet de vérifier que le jeu est un moyen de desserrer les contraintes liées à l’espace.

Accompagner les enfants vers l’appropriation de leurs lieux  d’apprentissage, le cas de l’aménagement coopératif de la salle de classe en recherche participative, collège Henri Barnier à Marseille

La présentation s’appuyait sur la thèse menée par Laure-Sabine Bampi, architecte, docteure en sciences de l’éducation, portant sur l’architecture scolaire et plus précisément sur l’aménagement d’une salle de classe dans un collège de La Castellane, dans les quartiers Nords de Marseille.

Durant son travail de thèse, l’architecte a mené une expérimentation sur une classe de 100m2, qui était dans la configuration d’une salle de classe classique, afin de proposer un réaménagement réalisé par les élèves. A l’origine, l’action pédagogique entreprise dans le cadre de la recherche devait viser à pacifier les relations entre enfants et usagers, dans un établissement marqué par une montée en puissance des questions sécuritaires.

En partant de la question de la sécurité de l’établissement scolaire, des demandes d’enseignants pour aménager et modifier les salles de classe ont émergé, pour proposer des pratiques plus libres dans les salles de classe dont l’aménagement est fixe et généralisé.

Durant une année, une étude exploratoire a été menée. Le temps accordé : une année scolaire de suivi afin devait permettre de voir s’il y avait une évolution des pratiques, lorsqu’un réaménagement était mené de manière collégiale avec les élèves. La salle choisie, d’une taille de 100 m2, devait pouvoir accueillir différentes activités.

La méthode a pris dans un premier temps appui sur une observation : dans la salle laissée en l’état, les adolescents se sont installés à leur place classique. L’architecte a donc dû imaginer créer un moment de rupture pour aller vers des propositions novatrices. La salle de classe a ainsi été vidée de son mobilier, afin de laisser le groupe classe libre dans son environnement. Au bout de quelques minutes, tout le groupe classe s’est éclaté, les élèves jouant dans la salle, adoptant des postures libres, qui ont aussi amené à une rupture avec l’enseignant : celui-ci ramenant les élèves à des postures jugées acceptables et mis en difficulté de crainte de ne plus savoir comment gérer son groupe classe.

Une fois ce « choc » produit, l’aménagement a été délégué aux apprenants : les enseignants ont estimé que c’était aux élèves d’adapter le dispositif, pour leur permettre de projeter. Les élèves se sont mis à la tâche, avec des idées de réemploi (peu de budget), et des contraints rendant impossible de commander du matériel. Dès lors, dans cette salle de 100m², différentes zones ont été pensées : une zone de projection, une zone de travail dite « cool »…

Un suivi réalisé l’année suivante sur la salle aménagée, a permis d’observer une classe qui n’avait pas pris part à la conception, afin de vérifier qu’elle s’appropriait la salle. L’observation semble souligner une amélioration pas seulement du climat scolaire et invite à valoriser l’expertise juvénile.

Matinée du 14 juin 2023

La matinée du 14 juin a été consacrée à l’expérimentation d’outils proposés aux enfants, de manière à amener les participants de l’atelier à inverser leur posture et à tester de nouvelles méthodes et outils.

Dos au Paysage

Dans un premier temps, les participant.e.s ont pu tester le dispositif Dos au Paysage. Animé par Claire Fonticelli, ce dispositif d’atelier immersif propose une approche sensible au paysage ordinaire. Ce dispositif d’atelier immersif a été élaboré dans un cadre académique en 2018 par Natacha Guillaumont puis avec l’équipe de recherche « Paysage Projet Vivant » de l’HEPIA-Genève. Il a expérimenté dans différents contextes, allant des publics scolaires au étudiants en paysage.

Le dispositif repose sur un livret A4 cartonné, qui donne un mode d’emploi à suivre : il invite dans un premier temps à choisir un lieu où s’installer – dans le cadre de la matinée, les participant.e.s ont été amené.e.s à choisir un lieu près des terrains de sport du Jas du Bouffan, non loin de la MMSH. Le choix de ce lieu est laissé libre aux participant.e.s, la seule consigne donnée est « qu’il fasse paysage ». Une fois ce lieu choisi, il faut le dessiner. Une fois le dessin réalisé, le.a participant.e est invité à se retourner, et à dessiner ce qui se trouve dans son dos. L’objectif est ainsi d’amener les participant.e.s à la découverte d’un paysage ordinaire, non choisi et à y porter attention.

Enfin, les participant.e.s sont revenus en salle pour débriefer de l’exercice.

Atlas de l’invisible – entre récits autobiographiques, imaginaires et désirs urbains

Le deuxième atelier a été proposé par Francesca Riva et Elsa Menad des Associations 3,2,1 et association Momkin-espace de possibles. A partir d’un livre de Gianni Rodari Grammaire de l’imagination, l’association 3,2,1 a réalisé à l’aide des femmes de l’association la Baguette Magique du quartier La Castellane (Marseille) un jeu de carte. Elles ont, ensemble, construit un jeu à partir de cartes personnages (le guetteur, la mère, le bailleur social), lieux (le parc, l’appartement) et situations (violence, amour…). L’ensemble de ces cartes présentent un recto consistant en un dessin ou un collage et un verso précisant les éléments (description d’un lieu, d’un personnage). Chacune des cartes s’appuie sur le vécu des habitant.e.s du quartier. Les règles du jeu sont simples : chaque joueur tire une carte à tour de rôle et doit faire avancer l’histoire.

Après avoir demandé aux participant.es de proposer une carte personnage et une carte lieu, deux équipes se sont constituées pour pouvoir « jouer » à leur tour. L’intérêt du jeu est sans aucun doute de permettre d’expliciter l’indicible de certains contextes spécifiques, et de proposer d’imaginer des histoires collectives.

Après-midi du 14 juin 2023

L’après-midi, l’ensemble des participant.e.s ont été invité.e.s à travailler collectivement à la réalisation d’un dispositif permettant de prendre place dans la ville. A partir d’une consigne commune : « construisez un dispositif permettant à une classe de CM2 de reprendre place dans son quartier », deux équipes se sont constituées.

Prendre place au sein de l’établissement scolaire

La première équipe a travaillé sur un dispositif permettant de « prendre place » au sein de l’établissement scolaire, ou plutôt, de découvrir un nouvel établissement. L’équipe a imaginé un dispositif à destination d’une classe de CM2 découvrant le collège voisin. L’entrée par un escape game permettrait d’atteindre différents objectifs :

  • Désacraliser le fait que les élèves ne soient pas toujours à portée de vue des enseignants
  • Pour que des CM2 visitent le collège et pour dédramatiser l’entrée au collège.
  • Donner aux enfants la possibilité de s’approprier l’établissement par le jeu
  • Transformer le collège en lieu d’éducation active / Effet du corps et du bien-être dans l’établissement
  • Sortir des rôles et les décloisonner (étudiants, administratifs, personnels et enseignants)

Le dispositif envisagé s’appuyait sur une trame narrative : « Le bal de fin d’année est menacé, rien n’a été organisé à temps ! Il faut sauver le bal de fin d’année qui risque d’être annulé.  Rien n’a été prévu ! Il faut trouver un thème, une musique, demander l’autorisation à l’administration, décorer le gymnase… Tu vas devoir aller visiter le collège pour aider les 3e. Pour t’aider, nous te laissons une carte pour aller voir les différents espaces ».

Avec ce point de départ, l’enfant était invité à parcourir les classes du collège, à réaliser des exercices ou des jeux simples, et thématisé, l’accompagnant dans la découverte de l’établissement, de ses futurs enseignants, personnels administratifs et techniques. L’équipe a imaginé une série de jeux permettant d’aller à la découverte de l’établissement, tout en développant des compétences adaptées.

Prendre place dans son quartier

La deuxième équipe a de son côté, travaillé sur un dispositif extra-muros permettant aux enfants de « prendre place » dans le quartier. Proposé sur une année, de manière à éviter l’aspect « clef en main » de certains dispositifs, l’équipe proposait une série d’interventions invitant les enfants à faire visiter leur quartier à leurs enseignants, parents voire aux voisin.e.s en leur proposant un parcours commenté.

Le point de départ consisterait à demander aux enfants de réaliser des cartes mentales de leur quartier puis à les commenter afin de faire ressortir une diversité de lieux communs partagés par les enfants.

Les élèves sont ensuite amenés à en sélectionner quelques-uns qui constitueront des étapes de la visite du quartier.

La suite du travail s’articule autour de la construction du parcours de la visite et des traces qu’on peut laisser dans le quartier sur les lieux identifiés. Plusieurs pistes peuvent être proposées, travail sur la signalétique, la toponymie des lieux, des productions visuelles etc.

A l’arrivée, les enfants devront réaliser une visite guidée de leurs lieux auprès des enseignants, parents/voisins. En passant par différentes étapes, in fine, les enfants produiraient un carnet de visite et des plaquettes pédagogiques, en faisant des guides du quartier.

Le projet permettrait d’interroger la posture de l’enseignant, de faire travailler conjointement différentes disciplines (la géographie pour la connaissance du quartier, l’histoire avec une vision rétrospective de l’usage de certains lieux de proximité, la musique pour le paysage sonore, la SVT pour des relevés de biodiversité, …) tout en travaillant avec des acteurs locaux. Dans certains quartiers, très peu connus des enseignants, c’est également un levier pour les amener à la découverte des quartiers de leurs élèves.

Conclusion de la journée

Les deux équipes se sont ensuite présenté les projets qu’elles avaient imaginé, afin d’en discuter et d’en débattre. Si ceux-ci ne sont pas complètement aboutis, ils ont amené des discussions et des échanges riches, et ont surtout permis de faire travailler collectivement des chercheurs, des personnes des milieux associatifs ou des enseignants.

Compte-rendu 2. Faire recherche avec les jeunes : quelle(s) place(s) prendre?

 

2ème rencontre – Inspé, Saint Jérôme

5 avril 2023

Objectifs de la journée:

Discuter de questions de méthodologie et d’éthique sur le faire recherche avec des enfants et des adolescents. mettre en commun nos manières de travailler avec les jeunes (enfants et/ou adolescents).

Interroger la place des corps des chercheuses et chercheurs dans le processus de nos analyses et nos manières de faire recherche avec des enfants et/ou adolescent·e·s

En matinée nous avons échangé autour de trois présentations :

Florence Bouillon nous a fait un retour critique sur son ethnographie d’une école alternative dans le centre de la France entre 2018 à 2020. Elle part du constat que cette enquête a été facile et se demande pourquoi elle s’est aussi bien passée.

Elle précise le contexte général français : une trentaine d’écoles démocratique sur le territoire. La 1ère a ouvert en 2014. Actuellement plutôt en phase de récession. Plusieurs ont été fermées suite à des mises en demeure par l’inspection académique. Écoles qui prônent l’auto-détermination des enfants. Écoles qui se disent « libérées des programmes, des cours et des salles de classes ».

Elle nous présente le contexte spécifique de l’école étudiée (un école démocratique, privée hors contrat), ses espaces. Puis elle explique les « facilités » du terrain et la manière dont elle s’est positionnée (elle a fait partie du comité de pilotage mais n’en prend pas la direction/ son statut d’universitaire a facilité l’entrée sur le terrain, qui s’est produite à un moment privilégié du projet d’école) pour faire sa recherche (avant tout avec les adultes plus qu’avec les jeunes), pour terminer en nuançant l’idée d’une enquête facile et en en montrant les limites.

Sa présentation lui a permis de reprendre les grandes lignes de l’article introductif du dossier Ethnographiques.org (nº43-juin 2022, disponible ici : https://www.ethnographiques.org/2022/numero-43/ ) qu’elle a co-coordonné :

– constat dans la littérature existante de la récurrence des difficultés d’accès à la parole des enfants (filtre des adultes qui en ont la charge, surtout dans le contexte scolaire),

– mise en avant des questions des postures/statut/identités de sexe, de classe de race qui influent sur la démarche de recherche,

– désingularisation du travail avec les enfants et adolescents,

– constat de plus d’efficacité pour obtenir la parole des jeunes quand on met en place des outils spécifiques,

– constat d’une absence de formation sur le travail avec les enfants et adolescentes dans les formations universitaires françaises.

Elle ouvre en fin de présentation sur les questions d’éthique et leurs potentielles entraves au déroulement d’une ethnographie « classique » (formulaire de consentement/assentiment, comité d’éthique).

Pour aller plus loin :

Bouillon, Florence, 2020, Mais que font les adultes ? Apprentissages autonomes et travail relationnel dans une école démocratique française, Spécificités, vol.2, nº 16, pp.70-86. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-specificites-2021-2-page-70.htm

Avec Fabienne Hejoaka nous avons abordé les usages du dessin d’enfant dans l’enquête qualitative, celui-ci étant par ailleurs largement utilisé depuis la fin du XIXe en psychologie, sciences du développement et de l’éducation ou dans le domaine de l’art, comme elle le détaille dans un article du numéro 43 d’ ethnographique.org, mentionné ci-dessus, qu’elle a également co-coordonné.

À partir de trois corpus de dessins (> 500 ) collectés au Burkina Faso et au Sénégal, elle a montré comment cet outil – auquel elle n’était pas formée lorsqu’elle a initié son enquête en 2005 avec des enfants vivant avec le VIH au Burkina Faso – est devenu central. Au fil des terrains, elle a appris à considérer les dessins dans leur variété et à prendre chaque production visuelle au sérieux, ceux qui à première vue relevaient du «gribouillis» pouvant se révéler être des supports d’entretien aussi heuristiques qu’un dessin très «léché».

Fabienne Hejoaka a décrit les différents usages et fonctions du dessins qui constitue un support de médiation à la construction de la relation d’enquête, en faisant office d’ice breaker (brise-glace). Il sert également de support visuel à l’entretien, facilitant l’élicitation de la parole, notamment sur des sujets relevant du secret (maladie) ou du tabou (mort, sexualité). Un dessin déconnecté de son contexte de production pouvant se révéler improductif, il est donc important de tenir compte des traces culturelles, sociales et environnementales qui transparaissent dans les dessins, ce que Paget (1932) appelle les «conventions locales», tout en gardant à l’esprit que des figures globalisées (Tortue Ninja, Cow-Boy…) peuvent également être esquissées.

Elle a ensuite évoqué les limites des usages du dessin, son utilisation dans l’enquête pouvant être chronophage quand les enfants y sont absorbés ou en réalisent plusieurs. Elle a souligné qu’il peut également y avoir des «biais» de contagion quand les enfants dessinent ensemble, mais aussi de la gêne chez les plus grands (les adolescents notamment), ceux-ci évaluant plus finement leurs (in)capacités graphiques et étant plus influencés par le rendu esthétique. Ils et elles sont plus dans le contrôle et peu enclin·e·s à dessiner quand ils considèrent qu’ils ne savent pas dessiner.

Le dessin est devenu pour elle un outil qu’elle utilise désormais au-delà de l’enquête proprement dite et pour sensibiliser corps médical et parents à la compréhension de la maladie par les enfants. Travaillant sur des questions de santé, elle a par ailleurs régulièrement dû obtenir l’avis de comités d’éthique, n’ayant pas le choix de demander ou non le consentement par écrit aux personnes avec qui elles travaillent. Pour elle, si cela peut être vécu comme une contrainte, elle considère que c’est un garde-fou pour le/la chercheur/euse (notamment sur des terrains sensibles et difficiles) et facilite la réflexion et la construction de l’information à communiquer aux enfants et aux parents dans la façon de leur présenter la recherche. Au début, elle ne recueillait que le consentement des adultes, et a progressivement cherché à recueillir l’assentiment des enfants/adolescents à travers une note d’information et un formulaire, manière également de leur reconnaître une place dans l’enquête, de les prendre au sérieux au même titre que les adultes. Le format des formulaires s’est transformé au cours de ses recherches, mobilisant progressivement le dessin, cette fois-ci réalisé par un dessinateur professionnel. Lors du confinement elle a ainsi travaillé avec une illustratrice pour concevoir une note d’information et un formulaire de consentement des enfants qui participaient à une enquête sur le COVID-19. Le formulaire a été conçu pour être ludique, «child friendly» et permettre à l’enfant de le remplir en autonomie. Fabienne Hejoaka a terminé en soulignant que l’éthique peut aussi être créative et mobilisé des supports variés (vidéos, marionnettes, photographies…).

Grégory Lo Monaco

Les villes en soi n’existent pas, elles sont représentées.

Définition d’une représentation sociale et la manière dont la psychologie sociale les analyse en fonction de si on cherche à comprendre leur genèse avec l’apparition d’un nouvel objet (type CODIC, Chat GPT), à analyser des pratiques et conversations, à étudier la structure des significations (recherche de l’idée centrale et des idées plus périphériques), à étudier les régulation sociales et sociologiques des significations.

La présentation a également été un temps d’exposé des techniques par questionnaire pour travailler ces questions à partir du cadre conceptuel des représentations sociales.

L’après-midi a été consacrée à la présentation/discussion autour de travaux en cours pour partager nos manières de faire :

Alice Lancien (fin de thèse en études urbaines) : a abordé l’usage de la vidéo avec des jeunes de milieux populaires qui ont été formés à filmer pour la plupart. Le travail a été réalisé avec une structure jeunesse et leurs éducateur·trice·s. Alice présente ce travail vidéographique comme une entrée dans ses terrains (à Barcelone dans le Raval et Paris, à la Chapelle), et comme une occasion pour arpenter la ville avec les jeunes et provoquer des situations d’observation. Ce qui est analysé c’est davantage le processus de production des vidéos que le produit final. Le scénario, proposé par les jeunes est négocié entre éducateurs, chercheuse et jeunes. La vidéo constitue alors un projet audiovisuel partagé qui pose la question de l’intersubjectivité. Une des vidéos scéarisée ne sera pas filmée. Vidéos disponibles sur la page web du projet Pop-Part jeunes de quartier : à Paris (https://jeunesdequartier.fr/videos) et à Barcelone (https://jeunesdequartier.fr/articles/grandir-dans-un-quartier-populaire-en-gentrification-a-barcelone). 

Luna Russo (2ème année, thèse en géographie, AMU, laboratoire TELEMMe, pôle pilote AMIRIC): Cartographies des salles de classe avec des élèves allophones

Sa thèse propose une réflexion autour de la place des élèves allophones dans les espaces scolaires en France. Elle interroge les places sociale, symbolique, géographique (c’est-à-dire la place physique dans l’espace et les mobilités dans celui-ci) et didactique (c’est-à-dire le rôle de l’élève au sein de ses apprentissages), ainsi que leurs différents niveaux/ dimensions et inscriptions socio-spatiales et temporelles, dans l’espace géographique et dans le milieu didactique que les élèves allophones occupent.

Elle a partagé un volet de sa méthodologie de recherche qui consiste à mettre en place des ateliers individuels de cartes mentales de l’espace de la classe notamment, avec les professeurs et des élèves allophones afin d’avoir accès à leurs représentations.

Son intervention a permis de revenir sur les questions de genre abordée en matinée et a soulevé la question de la proximité d’âge quand on fait de la recherche en étant jeune avec des jeunes.

Sébastien Delfavéro (fin de thèse en urbanisme et aménagement – contrat CIFRE euroméditerranée) :

ZAC Saint -Charles/ Poret dAix – Espace pris en étau entre de nombreux chantiers et une variété de groupes, parfois en conflit

A travaillé avec la Compagnie des Rêves urbains et l’agence d’architecture Aino.

Les ateliers réalisés avec la Compagnie des Rêves urbains lui ont permis de faire le constat d’un décalage entre le déclaratif des enfants (espace très usités selon leurs dires et ceux des mères accompagnantes) et les usages observés qu’il a qualifié de « surinvestissement imaginaire de ce lieu ».

Une action/performance avec l’agence Aino et le centre social a été réalisée à l’été 2022 pour attirer l’attention sur la fermeture depuis trois ans d’un parc sur la porte d’Aix terminé en 2019. L’idée était que les enfants sont des passeurs qui pouvaient sensibiliser sur cette fermeture les adultes et plus particulièrement leurs parents. Avec des tissus mis sur la place pour décongestionner l’espace, la volonté était de créer du jeu : comment mettre du jeu pour redistribuer les cartes de l’occupation de la place ?

Le fait que des enfants jouent avec des rideaux sur la place a ouvert une brève et a permis des circulations au milieu de la place alors qu’avant les piétions et piétonnes passaient plutôt en périphéries de celle-ci.

Sébastien Delfavéro mentionne que la démarche utilisée s’est « servie » des enfants pour ouvrir la place, tout en interrogeant l’éthique de cette manière de procéder. L’observation des attitudes des différentes personnes, occupants ou passants, et la redistribution spontanée des différents groupes dans l’espace pour laisser une place aux enfants montre que leur légitimité à occuper l’espace public n’est pas source de questionnement.

Présentation de l’expérience de Nadja Monnet dans son travail avec les jeunes

D’une recherche auprès des enfants et adolescents à une recherche avec eux et d’autres non chercheur·e·s

Même si auparavant elle avait déjà observé les usages et postures d’enfants et d’adolescent·e·s dans différents espaces de la ville de Barcelone (notamment dans son travail sur la place de la Catalogne), elle considère que sa première expérience de travail avec des jeunes a démarré dans le cadre d’un projet de recherche financée par le Ministère de la Compétitivité espagnole en 2013 avec une ethnographie en mouvement avec de jeunes adoptés : protocole inspiré de la méthodologie de Jean- François Augoyard pour l’analyse des cheminements à l’Arlequin à Grenoble (Pas à pas ; essai sur le cheminement quotidien en milieu urbain) et des travaux de Jean-Yves Petiteau (méthode des itinéraires) mais qui se distancie clairement des itinéraires accompagnés (très utilisés en école d’architecture) ; importance de faire plusieurs trajets pour se familiariser ; rôle de la marche/de l’arpentage des lieux quotidiens des jeunes comme déclencheur de la parole ; importance des silences ; relation moins asymétrique que dans un entretien en face à face « conventionnel » ; intersection des trajets et des trajectoires / fonction thérapeutique de la marche / côte gratifiant de participer à la recherche / échange de poème (cf dessin-cadeau évoqué par Fabienne Hejoaka)

Pour plus de détails : https://revistas.ucm.es/index.php/SOCI/article/view/67798  https://revistas.ucm.es/index.php/RASO/article/view/56044

Actuellement participation à un processus de recherche au parc de la Jougarelle à la Catsellane avec les enfants/adolescents mais aussi avec des associations : 321 (pédagogie sociale), Momkin (artistes), Trait d’Union (association d’habitantes). La marche en côte à côte est plus difficile à mettre en place (cf les zones interdites ou dans lesquelles on ne veut pas se présenter avec d’autres, évoquées par Alice Lancien) ; rôle de l’art et plus particulièrement du dessin comme vecteur de dialogue avec les enfants pour comprendre leur rapport au milieu.

Furtive ouverture en fin de journée sur la question de faire recherche dans un environnement transformateur et du rôle des chercheur·e·s dans celle-ci. Comme le déplore le numéro ethnographiques.org consacré au faire recherche avec des enfants et adolescents, nous n’avons pas non plus abordé la question de l’usage des outils numériques car aucun des participants et participantes réuni·e·s ce jour ne travaille avec ces outils.

Nous étions dans une salle expérimentale de l’Inspé qui permet de voir sans être vu, ce qui rend impossible la négociation (explicite ou implicite) de sa place de chercheur ou chercheuse, des territoires de la recherche, des relations avec ses interlocuteurs dont nous avons débattu tout au long de la journée. Le corps à corps avec les personnes avec qui elle ou il travaille est effacé, le tact nécessaire à toute démarche qualitative de recherche en face à face avec des êtres et des lieux, annulé. Florence Bouillon rappelait en début de journée à ce propos ce qu’a écrit l’anthropologue Jeanne Favret Saada qui a travaillé sur la sorcellerie dans le Bocage : être engagé·e sur le terrain, c’est est être assigné·e à une place par les personnes avec lesquelles on travaille, qui dépendra notamment du tact que la chercheuse ou le chercheur aura su déployer.

Compte-rendu 1. Quelle(s) place(s) pour les enfants dans la cité?

Annie-Hélène Dufour (photographe),  Collection Jeux et traditions enfantines, Saint-Michel-l’Observatoire, mars 1982.  Image sous licence CC-BY, conservée au secteur archives de la recherche de la Médiathèque de la MMSH.

1ères rencontres – MMSH, Aix-Marseille

23 et 24 janvier 2023

La première demi-journée s’est tenue en huis-clos entre les membres du programme pour apprendre à se connaître et initier des débats autours des thèmes du programme. Toute rencontre interdisciplinaire nécessite du temps non seulement pour comprendr et apprivoiser les méthodes et les démarches de travail des collègues mais aussi connaître leurs conditions de production de savoirs. Il est également fondamental de partager autour du sens des termes employés par les un·e·s et les autres. Car ce n’est pas parce que l’on parle le même langage qu’on comprend la même chose; tout comme parfois, nous utilisons des termes différents pour dire la même chose. Il est donc important de prendre le temps de s’accorder sur le sens des mots. Cette première demi-journée a donc servi à ébaucher les contours d’une réflexion commune sur les sens donnés aux différents mots clés et titre du programme.

Le programme, s’inscrivant dans la thématique prioritaire de la MMSH Appropriations et transformations des milieu, propose d’emblée une définition du teme milieu qui a été rappelée en début de séance. Nous concevons le milieu, selon la définition qu’en donne Augustin Berque, à savoir que pour nous le milieu se différencie de la notion d’environnement (qui est un objet externe et abstrait par la science). L’environnement est conçu et perçu par les humains comme quelque chose d’extérieur à soi. Or, le milieu, pour Augustin Berque, n’est pas séparable de l’être humain. C’est la relation dynamique entre les corps individuels et le contexte socio-éco-techno-symbolique nécessaire à la survie des corps individuels et collectifs. Au-delà des caractéristiques d’un territoire, c’est donc la somme des croyances et us et coutumes des personnes qui façonnent les lieux ; tout comme les qualités des espaces et leur peuplement impactent habitudes et imaginaires des habitant·e·s du lieu. Sur la base de cette manière d’appréhender les modes de vies et les espaces du quotidien, nous avons débattu collectivement et en petits groupes (dans lesquels doctorant·e·s, chercheuses-enseignantes, formatrices et personnes issues du monde associatif étaient rassemblés) sur :

             – les jeunes générations: y inlcut-on les bébés? Que fait-on quand on pose des limites entre des groupes d’âges? Quel impact dans la réflexion? Dans les manières de faire recherche? Difficile néanmoins de les apréhender en un unique groupe sans tenir compte des spécificités de chaque tranche d’âge, des origines socio-économiques de la famille, de leur trajectoire de vie, singulière a chacun·e.

              – les transformations urbaines: Pour certaines personnes, il y a transformation urbaine quand la forme spatiale change; pour d’autres, le vivre urbain ne relève pas que d’un phénomène spatial, ancré dans les villes, métropoles ou mégalopoles mais relève de mutations dans les pratiques et habitudes de la vie quotidienne urbaine qui prend racine dans les villes modernes de la fin du 19ème siècle. Les vifs débats autour de ces manières de voir la transformation urbaine nous ont mené à clarifier que l’espace est déjà conçu dans les pratiques et les usages de chacun·et que celui-ci n’est pas que de l’ordre de la conception architecturale, urbanistique et paysagère. En suivant la pensée d’Henri Lefebvre dans la Production de l’espace, nous avons posé que l’urbain ne se résume pas à un lieu mais est une manière de vivre. Il dépasse ainsi largement la ville. Les transformations urbaines peuvent alors être comprises au-delà des changements dans l’organisation des lieux, c’est à dire en terme d’interventions spatiales, résultats de choix politiques.

Le croisement de tous ces termes s’est traduit par la mise en avant de questions légèrement différentes en fonction des formations des un·e·s et des autres:

Les personnes issus de démarche de projet l’ont traduit par des questionnements autour des manières d’impliquer les jeunes dans l’expertise de leur milieu de vie: comment produire de l’expertise “juvénile”?

et les chercheurs l’ont transposé en cette question: Comment appréhender la vie quotidienne des jeunes générations (dans leurs usages des espaces publics, à l’école, dans leurs intérieurs) comme leviers des transformations urbaines?

Les associations présentes ont souligné l’importance de décloisonner les savoirs sur les jeunes mais également de décloisonner les espaces pensés pour les jeunes générations et les coupures que cela crée entre elles et avec les différentes personnes qui s’occupent d’elles: comment créer du lien entre famille, école, périscolaire et lieux du quotidien? Comment l’art peut intervenir pour voir notre quotidien autrement?

Ce programme pose donc volontairement la vaste notion de vie quotidienne des jeunes pour tenter de penser conjointement des espaces souvent analysés et abordés séparement ainsi que de faire dialoguer des chercheurs qui travaillent sur l’enfance ou l’adolescence, l’école, le rapport des jeunes aux espaces publics, l’apprentissage des milieux de vie, du paysage et ne se croisent pas souvent.

Ce qui demande un important travail d’ajustement dans la compréhension de nos situations, postures et termes employés. Celui-ci s’est poursuivi tout au long de l’année, même si par la suite nous n’y avons pas consacré un temps spécifique, comme ce 23 janvier après-midi.

Le lendemain, nous avons échangé avec Christophe Meunier, formateur en histoire-géographie à l’INSPE Centre Val de Loire de l’Université d’Orléans, co-organisateur, avec Cécile Boulaire, directrice du département de français (filière Lettres) de l’Université de Tours, du séminaire 2021-2022 L’enfant et la ville, images, récits, espaces. Celui-ci a été une co-production entre le laboratoire INteractions, Transferts, Ruptures artistiques et culturels (INTRU) et l’Asociation française de recherche sur les livres et objets culturels de l’enfance (AFRELOCE). Il s’est déroulé en cinq étapes qui a rassemblé des chercheurs de différentes disciplines avec une attention particulière aux recherches sur la littérature enfantine. Christophe Meunier nous a expliqué les objectifs, la démarche et le fonctionnement de ces rencontres. Il en a retracé ensuite les axes majeurs et évoqué les angles morts dela recherche sur la littérature enfantine et de manière plus large sur celle qui s’intéresse à la place des enfants dans la ville, révélés par leur séminaire : les bruits de la ville, la ville et les jeux vidéos, la ville dans le manga, les jeux de construction et la représentation de la ville ainsi que l’analyse de la parole de l’enfant.

Le public a prolongé cette liste en mentionant l’importance des téléphones portables dans le quotidien des jeunes et qui ont un impact sur leur représentation du territoire, leur manière d’appréhender leurs espaces du quotidien (orientation, géolocalisation, prise de rendez-vous) ainsi que la diffculté pour les enfanst et adolescents de s’extraire du regard numérique, même quand ils et elles jouent. Les sonorités des portables ont envahi les villes tout comme les adultes sont branchés sur leurs écouteurs, se coupant ainis des sonorités de la rue et d’u contact auditif avec leurs enfants. Le portable semble peu présent dans les albums jeunesses tout comme le péri-urbain.

Bientôt, dans la revue en ligne Strenae (nº 23, 2024), un dossier au nom éponyme au séminaire de 2021-2022 reflètera la somme des contribution de ces cinq temps de réflexion qui peuvent, entre temps, être visionnés ici: https://magasindesenfants.hypotheses.org/10013 .

 Nous avons ensuite débattu avec Valérie Simonet de son film Citizen Kids (2022, 52 min.). Autrice et réalisatrice indépendante, elle est diplômée de l’École supérieure des sciences économiques et commerciales (Essec). Ses premiers films ont été dédiés à la Méditerranée, des profondeurs de la mer à son Histoire millénaire. Elle se consacre aujourd’hui à des documentaires de société sur le monde de l’enfance et de l’Éducation.

Avant la projection de son film, elle souligne que les enfants ont la capacité de pointer des choses que les adultes ne voient plus et qu’ils ont une conscience aïgue du collectif. Elle souligne l’importance de l’expérimentation pour leurs apprentissages.

La question centrale posée par ce film est le déni de citoyenneté aux enfants, leur non reconnaissance comme des citoyennes et citoyens à part entière dès leur naissance, malgré la signature de la convention des doits de l’enfant, ratifiée à New Yok, il y a 30 ans. La voix de l’enfant n’est que rarement écoutée. En partant du constat des difficultés pour les jeunes marseillais d’être et de s’approprier leurs espaces du quotidien en ville, Valérie Simmonet part à la recherche d’exemples concrêts qui prennent l parole des enfants au sérieux et leur permettent d’être plus autonome dans leur déplacement et d’être partie prenante des transformations de leurs espaces de vie.

Ce film nous a permis de nous familiariser avec le travail réalisé à Encagnane (Aix-en-Provence) par l’association Hors Gabarit, partenaire du programme dans leur procesus de transformation du parvis d’école qui est l’un des temps forts du film.