Archives de catégorie : Equipe et partenaires

Chercheuses et chercheurs impliqué.e.s

Laboratoire Temps, Espaces, Langages, Europe méridionale et Méditerranée – TELEMME, UMR 7303, CNRS

Gwenaëlle Audren, géographe, maîtresse de conférences en géographie, responsable de l’axe « Jeunesse(s), éducation(s) et territoire(s) », Telemme UMR 7303, Aix Marseille Univ (AMU), Inspé.

Virginie Baby-Collin, géographe, professeure de géographie, Telemme UMR 7303, Aix Marseille Univ (AMU), Inspé.

Sophie Gebeil, historienne du contemporain, maîtresse de conférences à l’Inspé, Telemme UMR 7303, Aix Marseille Univ (AMU), responsable de l’atelier Visual studies et humanités numériques, co-porteuse du projet Sudorama.

Aude-Line Gervais, doctorante en géographie, Telemme UMR 7303, Aix Marseille Univ (AMU)
Titre thèse : Géopolitique de l’école à Marseille, sous la direction de Virginie Baby-Collin et de Gwenaëlle Audren

Laura Guarino, docteure en sociologie urbaine, chercheuse associée à Telemme UMR 7303, enseignante vacataire à l’ENSA-IMVT Marseille, ENTPE Vaulx-en-Velin Lyon et FSPJS – Université de Lille. Elle travaille aussi au sein de la Ligue de l’Enseignement en tant que médiatrice numérique.

Nora Nafaa, géographe, chargée de recherche CNRS au laboratoire TELEMME depuis la rentré 2023-2024. Elle a soutenu sa thèse en décembre 2021 à l’Université de Perpignan Via Domitia (UPVD) et au laboratoire ART-Dev (UMR5281) sous la direction de David Giband intitulée « Déposséder l’école pour servir la ville néolibérale aux Etats-Unis, les cas d’Atlanta et de Philadelphie ». Ses travaux portent sur la géographie de l’éducation, aux Etats-Unis, mais aussi en France, ainsi que sur les politiques d’austérité dans les régions dites « laissées-pour-compte ».

Stéphane Mourlane, historien, maître de conférences en histoire contemporaine, Telemme UMR 7303, Aix Marseille Univ (AMU), co-porteur du projet Sudorama.

Isabelle Renaudet, historienne, professeure d’histoire contemporaine , Telemme UMR 7303, Aix Marseille Univ (AMU)

Luna Russo, doctorante en géographie, Telemme UMR 7303, Aix Marseille Univ (AMU).
Titre thèse : Accompagner la réussite éducative des élèves allophones récemment arrivés en France, sous la direction de Virginie Baby-Collin et de Fatima Chnane Davin, AMU, ADEF.

Laboratoire Interdisciplinaire Environnement Urbanisme – LIEU, UR 898, IUAR, AMU :

Claire Fonticelli, géographe, urbaniste, paysagiste, maîtresse de conférences en urbanisme et aménagement, IUT, Laboratoire Lieu – chercheuse associée au LAREP et à PLACES ; participation à un programme de recherche portant sur la didactique du paysage, porté par l’Université de Genève.

Sébastien Delfavero, éducateur spécialisé et doctorant en Urbanisme et aménagement au Lieu. Titre thèse : L’éducation à l’espace public, par l’espace public. Instituant, institué et institutionnalisation dans la fabrique de la ville inclusive, LIEU, IUAR, sous la direction d’Hélène Reigner.

Marta Stalla, architecte-urbaniste, enseignante à l’IUAR-AMU, membre de l’association Hors Gabrits

Laboratoire Apprentissage, Didactiques, Évaluation, Formation- ADEF, UR4671, Inspé, AMU :

Maria-Antonietta Impedovo, psychologue, docteure et HDR en sciences de l’éducation, maîtresse de conférences, Inspe-AMU, ADEF-UR4671

Corinne Jégou, didacticienne de la biologie, maîtresse de conférences à l’Institut Supérieur du Professorat et de l’Éducation (Inspé), membre de la FED 4238 SFERE-Provence, membre du comité scientifique du réseau SIEST Méditerranée (Séminaire Inter laboratoires sur l’Éducation scientifique et Technologiques).

Gregory Lo Monaco, docteur et HDR en psychologie sociale, professeur des universités, AMU, ADEF-UR4671

Laboratoire Architecture Ville Urbanisme Environnement – LAVUE, UMR 7218, CNRS

Nadja Monnet, anthropologue, maîtresse de conférences dans le champ des sciences humaines et sociales à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Marseille (ENSAM), chercheuse au LAA-LAVUE-UMR 7218 (délégation CNRS à Telemme en 2022-2023)

Nava Meron, architecte, maîtresse de conférences à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-La Villette (ENSAPLV), chercheuse au LAA-LAVUE-UMR 7218. Elle a travaillé sur la ville orthodoxe juive et s’intéresse au rapport au numérique des jeunes.

Florence Bouillon, anthropologue, maîtresse de conférences en sociologie à Paris 8, directrice d’ALTER-LAVUE-UMR 7218, co-organisatrice du webinaire Ethik sur l’éthique de la recherche avec des enfants (2021-2022).

Alice Lancien, doctorante en études urbaines sous la direction de Marie-Hélène Bacqué et Ismael Blanco, Université Paris Nanterre et Universitat autónoma de Barcelona.
Titre de la thèse :  Citadinités populaires : reconfigurations des quartiers de centre ancien au prise des jeunesses populaires. La Chapelle (Paris) et le Raval (Barcelone).

Avec la participation des chercheuses et chercheurs suivant·e·s :

Laure Sabine Bampi, docteure en Sciences de l’éducation, architecte dplg, fondatrice de l’association CiNA, chercheuse associée au Centre méditerranéen de sociologie, de science politique et d’histoire (MESOPOLHIS), UMR 7064. 

Baptiste Besse-Patin, docteur en sciences de l’éducation, chercheur associé au laboratoire EXPERICE, Paris 13 (EA 3971, Centre de Recherche Interuniversitaire Expérience Ressources Culturelle Éducation).
Titre thèse :Jeu et animation. Ethnographie des formalisations éducatives du loisir des enfants,sous la direction de Gilles Brougère.

Marc Breviglieri, professeur associé à la Haute École en Travail Social (HETS) de Genève, UMR Ambiances Architectures Urbanités AAU – équipe Cresson

Claire Bullen, docteur en Anthropologie, enseignante-chercheuse à l’Université de Tübingen Allemagne et chercheuse associée à l’IDEMEC-UMR 7307. Son projet de recherche actuel explore les transformations urbaines en Méditerranée de manière comparative et multiscalaire avec des terrains à Marseille et à Casablanca.

Deborah Gentès, docteure en sciences de l’éducation, professeure des écoles, chercheuse EXPERICE, Paris 8 (EA 3971, Centre de Recherche Interuniversitaire Expérience Ressources Culturelle Éducation).
Titre thèse : Lorsque à hauteur d’enfant paraît l’enfant auteur : le point de vue (sur) des enfants dans l’analyse des dispositifs de pratiques artistiques et ludiques, à l’école, au musée et dans l’espace public, Paris 8, sous la direction de Pierre Johan Laffitte et de Gladys Chicharro.

Maya El-Nesr. Architecte, doctorante, UMR Ambiances Architectures Urbanités AAU – équipe Cresson, enseignante-chercheuse, département d’architecture et de conception environnementale – Faculté d’ingénierie – Académie arabe des sciences, de la Technologie et des transports maritimes, Le Caire

Léa Sallenave, docteure en géographie, post-doctorante au sein de l’université de Genève.
Titre thèse : «Quitte un peu le quartier!»: gravir les sommets avec l’éducation populaire. Ethno-géographie d’une jeunesse minorisée en montagne, sous la direction d’Anne Sgard et de Philippe Bourdeau. Actuellement, post-doctorante Université de Genève, elle suit des expériences pédagogiques en classe portant sur le lien au paysage quotidien.

Alfredo Ferreruela a été professeur d’éducation physique et sportive en milieu spécialisé, et ingénieur de formation. Il a un master en Sciences de l’éducation et est membre du groupe Jeux, vie physique, sports aux Centres d’entraînement aux méthodes actives (CEMEA). Il est animateur de l’association socioculturelle Agissez dans votre ville, à Saint Maximin la Sainte Baume.

Cosima Sales, étudiante en première année de master en anthropologie à l’Université Paris Nanterre. Titre provisoire du mémoire : “Jeunesses marseillaises dans la ville : une ethnographie du centre commercial des Terrasses du Port”. 

Lorie Rachel, étudiante en deuxième année d’un master d’anthropologie à ALLSH, Aix Marseille Univ (AMU) sous la direction de Valérie Feschet. Titre du mémoire : “Jouer en ville, les enfants et les infrastructures de jeux qui leurs sont dédiées. Une ethnographie de deux parcs de jeux publics marseillais”.

Elsa Zotian, anthropologue, chercheuse-formatrice au LASSA

Partenaires du programme

Partenaires en région Provence

CiNA

L’objectif principal que cette association marseillaise s’est fixé est de permettre aux publics de prendre conscience, au travers d’expériences pédagogiques adaptées, de l’importance de leur expertise dans la co-construction de notre environnement bâti. Au cours de son exercice, l’association a assuré la formation d’étudiant·e·s en architecture à la médiation culturelle en milieu scolaire, leur permettant d’acquérir les outils nécessaires à l’intervention auprès des élèves tous cycles confondus. Elle a multiplié les interventions auprès des étudiant·e·s de l’Université du temps libre, souvent engagés dans les comités d’intérêt de quartier, afin de favoriser un dialogue éclairé avec les élus locaux. Elle a activement participé au séminaire interprofessionnel piloté par la Friche la Belle de mai pour la projection d’une école élémentaire. Les nombreuses actions que le CiNA mène, y compris annuellement dans le cadre des Journées nationale de l’architecture (JNA), sont autant d’opportunités pour les médiateurs, enseignants, élus, personnels de l’éducation nationale, publics intergénérationnels, d’affiner leurs compétences sur l’architecture, le territoire et le patrimoine, mais aussi de transmettre les connaissances qu’ils ont recueilli au cours de leur propre pratique de l’espace. Co-organisation annuelle des JNA depuis 2018 en collaboration avec la DRAC PACA, l’agglomération Provence Verte, la Mairie de St Maximin la Sainte Baume, le CROA PACA, le MUCEM.

3.2.1.

Créée en 2007 à Marseille, 3.2.1 est une association d’éducation populaire qui développe des parcours d’action et de recherche multidisciplinaires dans lesquels se mêlent compétences artistiques, pédagogiques et sociales. L’association revendique la dimension transformatrice de l’éducation, particulièrement valorisée dans le courant de la pédagogie sociale: ce qui est transversal à ses actions est la place qu’elle accorde à la pédagogie en soi, ici conçue comme la relation réciproque entre théorie et pratique.

Momkin Espaces de possibles

Une association artistique qui initie et accompagne des projets artistiques, culturels et citoyens porteurs de changement social sur les deux rives de la Méditerranée, à travers la mise en place de projets innovants utilisant la création contemporaine et tout particulièrement l’intervention dans l’espace public comme médium. Elle tisse des liens entre des pratiques artistiques, des engagements et mobilisations chez des jeunes artistes, favorise l’accès à la culture pour tous et renforce les liens entre les sociétés du pourtour méditerranéen. Fondée en 2011 pour soutenir la création du festival Nassim el-raqs, un projet pluridisciplinaire à Alexandrie en Égypte, qui a eu lieu de 2011 à 2017. Là-bas, l’association a développé des méthodologies singulières autour de recherche et de création en espaces publics, utilisant la création contemporaine comme vecteur de transformation individuelle et collective.
En 2018, Momkin-espaces de possibles s’installe à Marseille, à la cité des arts de la rue, dans le 15ème arrondissement, en partageant ses locaux avec la compagnie Ex Nihilo, de grand partenaire pendant le festival Nassim el Raqs, et l’association Bureau des Guides.

Coopérative Hôtel du Nord

Créée en 2010, la coopérative Hôtel du Nord réalise un travail de recherche et de valorisation du patrimoine des quartiers nord de Marseille, peu pris en compte par les politiques publiques patrimoniales malgré leur richesse culturelle et naturelle. Ces actions de définition du patrimoine ont pour base la communauté, laquelle se construit par la mise en lien d’habitant·e·s motivé·e·s, d’associations et entreprises locales et d’intervenants extérieurs (artistes, historiens, auteurs…). La marche et plus globalement la conscience du corps sont revendiqués comme des outils sensibles de collecte, d’identification, d’interprétation d’un patrimoine présent mais souvent relevant de la trace, de l’effacement, du fragment. Ce travail collectif est présenté sous de multiples formes: balades publiques, publications, mise en ligne de récits, créations artistiques, évènements festifs… 

https://www.hoteldunord.coop/

Hors Gabarit

Association crée à Marseille en 2016 qui propose de faire découvrir leur environnement aux enfants et adolescents, afin qu’ils contribuent à l’améliorer. Nous imaginons avec les petits, les jeunes et les équipes pédagogiques des parcours alternatifs de requalification ou d’embellissement d’espaces dans un processus de co-conception et co-construction. Nous privilégions les principes du détournement d’objets et de l’auto-construction avec des matériaux issus davantage de la récupération ou bio-sourcés, en favorisant l’expérimentation et la recherche des nouvelles solutions. Notre défi est d’encourager dès l’enfance et dans tous les espaces de vie, une posture d’acteurs vis-à-vis des transformations sociales et urbaines de notre époque. Mention du meilleur projet en temps scolaire au festival Ludantia, 1ère Biennale d’Éducation à l’Architecture, Pontevedra en 2018, et nous avons présenté nos projets à la Biennale de l’Espace Public à Rome en 2021.
www.horsgabarit.org

Association Pragma

L’association Pragma vise à favoriser le développement de la sociabilité, des échanges et de la réflexivité dans le but de favoriser le développement de l’autogouvernement (comme pouvoir d’agir et de penser) et d’ainsi améliorer les conditions de vie. Née en 2014, cette association implantée dans le quartier de la Belle de Mai, à Marseille, est basée sur les principes de l’éducation populaire et encourage la reconnaissance des différents savoirs et savoir-faire, leur partage et leur diffusion. 

Dans la lignée d’une philosophie pragmatiste, il s’agit de travailler au plus près des publics concernés, de développer des actions communes et une recherche participative avec les acteurs et habitants. Si la participation est visée de manière globale, au quotidien et avec différents publics, Pragma s’intéresse particulièrement à l’empowerment et la participation des enfants, dans la lignée des travaux de Tonucci. L’association a d’ailleurs organisé, entre autres, les premiers conseils des enfants à Marseille.

Partenaires français

Les laboratoires de la MMSH et personnels associés au projet.

Le Laboratoire Temps, Espaces, Langages, Europe méridionale et Méditerranée – TELEMME, UMR 7303, CNRS – https://telemme.mmsh.fr/

Le programme interpelle les 3 axes du laboratoire: 1, La construction des savoirs sociaux (notamment l’axe 1.3: Façons d’être); 2. La construction du sensible et des savoirs (notamment l’axe 2.1.: DesAncrages); 3. La fabrique des territoires (tant l’axe 3.1. que 3.2). Il permet d’ouvrir la réflexion pour un atelier transverse qui s’initiera avec le nouveau programme du laboratoire en 2024. Celui-ci  s’intitulera “Jeunesse(s), éducation(s), territoire(s)”

Le Laboratoire Interdisciplinaire Environnement Urbanisme – LIEU, UR 898, IUAR, AMU – http://iuar-lieu-amu.fr/presentation-du-lieu/

Le Laboratoire Apprentissage, Didactiques, Évaluation, Formation- ADEF, UR4671, Inspé, AMU – http://adef.univ-amu.fr/

La fédération SFERE-Provence (FED 4238) dont les responsables scientifiques du projet sont membres – http://sferep.univ-amu.fr/

Le Laboratoire Architecture Ville Urbanisme Environnement – LAVUE, UMR 7218, CNRS – https://www.lavue.cnrs.fr/

Le Groupe de recherche sur les espaces (trans)formatifs (GRET)

Organisé sous forme d’association, le GRET est composé de chercheuses et chercheurs ainsi que d’enseignant·e·s- chercheuse·r·s. Créé en 2018, le GRET a pour ambition de penser et conceptualiser les enjeux de formation et de transformation au sein d’espaces constitués à ces fins. Animé par une ambition interdisciplinaire et un regard transversal de ces espaces, le collectif regroupe un large éventail de disciplines issues des sciences humaines et sociales et s’intéresse à une multiplicité de terrain, afin de faire dialoguer résultats et paradigmes scientifiques. Enfin, le GRET est envisagé comme un lieu d’échanges permettant de questionner l’ensemble des enjeux de la recherche contemporaine, notamment par l’animation d’ateliers, portant à la fois sur l’objet interrogé et la manière de faire de la recherche.

 

Partenaires à l’étranger

Revue Critica urbana d’études urbaines et territoriales

Crítica Urbana est une revue d’études urbaines et territoriales pour la réflexion et l’action. Notre projet collaboratif cherche à apporter une expérience critique pour la transformation de nos environnements de vie, avec une justice sociale et environnementale, basée sur les biens communs et le collectif. Nous considérons la connaissance comme un outil  d’émancipation. La parole et la pensée critique et rigoureuse sont nos moyens de  contribuer au changement. Cette revue bimestrielle en libre accès rassemble des personnes de différents pays autour de l’étude de conflits communs.

https://criticaurbana.com/

En Espagne:

Ciutadanies Anthropologie historique des identités politiques dans l’État Moderne de l’Institut Catalan d’Antropologie

Le groupe de travail et de recherche CIUTADANIES se veut un espace de comparaison historique et interculturelle des processus de construction des identités sociopolitiques (ethniques, nationales, de classe et de genre), principalement liées à la nationalité et aux droits de citoyenneté dans le cadre de l’État-nation moderne. Nous partons de la prémisse que les catégories d’identité sont des constructions sociopolitiques historiques et relationnelles qui sont créées et transformées dans des contextes historico-politiques où des relations de pouvoir spécifiques ont lieu. Par conséquent, l’approche anthropologique historique est essentielle dans notre recherche pour comprendre les processus de construction des identités sociales et politiques pertinentes dans le cadre national et leur relation avec la nationalité et la citoyenneté dans les États modernes. 

https://www.antropologia.cat/grups-de-treball/ciutadanies-antropologia-historica-de-les-identitats-politiques-en-lestat-modern/

En Suisse:

Centre interfacultaire en droits de l’enfant de l’Université de Genève, Cellule Inter- et transdisciplinarité

Le Centre interfacultaire en droits de l’enfant (CIDE) de l’Université de Genève est une entité académique située à Sion et spécialisée dans les études interdisciplinaires en droits de l’enfant. A travers ses activités de recherche, d’enseignement et de services à la cité, elle vise à comprendre les questions qui touchent l’enfance en tant que groupe social et l’enfant en tant qu’acteur social et sujet de droits. Le CIDE, via sa Cellule inter- et transdisciplinarité, encourage les chercheur·e·s, les enseignant·e·s, les étudiant·e·s et les praticien·ne·s à mettre en commun leurs connaissances et à confronter et négocier leurs points de vue sur des objets d’études complexes. L’approche interdisciplinaire des études en droits de l’enfant stimule la réflexion théorique et pratique pour répondre à la complexité croissante des problèmes de société, contribuant ainsi à l’enrichissement réciproque et au décloisonnement des disciplines, en intégrant les pratiques spécialisées dans un cadre épistémologique élargi. 

https://www.unige.ch/cide/fr/

 
Education, enfance et société apprenante 21, Equipe de recherche, Haute école pédagogique du Valais
 

Le domaine EESA21 propose une analyse critique des enjeux de société, intergénérationnels des cadres, territoires et activités éducatives, à différentes échelles spatiales, tels qu’ils se manifestent en éducation et formation. Au travers de champs intégrateurs tels que les Gender, Diversity, Migration, Inclusive Education, Childhood, Children’s Rights, le dévelopment durable (DD), Food et Visual Studies, les activités du domaine participent à l’évolution sur les plans conceptuels et empiriques du système éducatif dans son ensemble (espaces formels et informels d’apprentissage) ainsi qu’à l’examen critique des enjeux de société au sein des Sciences, des Arts, des Humanités et d’autres domaines. Les recherches conduites ont une visée transdisciplinaire et impliquent la participation des professionnel·le·s du terrain et plus largement les actrices et acteurs de la société, y compris les enfants. Elles visent un impact social fort et durable à tous les niveaux des organisations, favorisant le développement individuel, tout au long de la vie, et collectif, ainsi que la cohésion et la justice sociale.