Archives de catégorie : Bibliographie et ressources

La ville aux enfants

 Les actions du projet “La ville aux enfants” de l’association Hors-Gabarit sont terminées à Encagnane, mais le projet se raconte ailleurs et voyage.

Un article vient de paraître : dans la partie 4 Entretiens et expérimentation du numéro 23, 2023 de la revue Strenae : “La ville et l’enfant. Images, récits, espaces.”. Vous pouvez le lire intégralement ici.  N’hésitez pas à faire circuler ce numéro très riche de contributions !

La ville aux enfants a reçu en décembre dernier une mention spéciale à l’occasion du Prix du Réseau des maisons de l’architecture, cité lors de la remise du Prix et présenté dans l’exposition du 8 décembre 2023 à l’Académie d’Architecture à Paris.

Sur le chemin de l’école

 

 

Chemin de l’école comme tiers-lieu et bien-être de l’enfant

Le chemin de l’école constitue un ensemble varié de transitions temporelles et spatiales significatives pour les enfants à travers le monde. Progressivement conçu comme un objet d’étude à part entière, plusieurs recherches, ancrées dans des champs disciplinaires variés, mettent en évidence les bénéfices ainsi que les risques y afférant. Ces recherches produisent ainsi des connaissances sur les modalités de déplacement et habitudes de mobilité, les questions de santé, de bien-être et de sécurité, de politiques scolaires et de développement urbain. Elles montrent aussi comment ce trajet peut favoriser des liens positifs entre lenfant et son environnement social et naturel. Les réalités varient cependant énormément en fonction du contexte. Certains enfants accompagnés à lécole par des adultes ont peu loccasion dinteragir avec leur environnement ou de bénéficier des bienfaits de l’activité physique, après être restés assis plusieurs heures en classe. À linverse, dautres parcourent de longues distances à pied, voire sont confrontés à des dangers importants sur leur trajet.

L’ouvrage collectif « School Journey as a Third Place : Theories, Methods and Experiences around the World » édité par Zoe Moody, Ayuko Berchtold-Sedooka, Sara Camponovo, Philip D. Jaffé et Frédéric Darbella, comprend des apports théoriques, méthodologiques pour étudier les expériences concrètes des enfants du chemin de l’école. Dans une perspective interdisciplinaire et interculturelle, un panel international de chercheuses et chercheurs sintéresse à la manière dont des enfants issus de contextes très différents se déplacent entre leur domicile et l’école et à l’impact de cet espace de transition sur leur vie quotidienne, leurs vécus des différentes sphères culturelles et normatives traversées et leurs interactions avec leur environnement social et naturel. Une vue d’ensemble des approches scientifiques ainsi que des différents trajets scolaires est ainsi présentée.

Le chemin de l’école comme tiers-lieu

Cet ouvrage sur le chemin de l’école est organisé autour du concept fédérateur de tiers-lieu. Le tiers-lieu, au sens d’Oldenburg (1999), n’est rattaché ni à la sphère professionnelle, ni à la sphère privée. Il est celui qui permet à des personnes non prédestinées à se rencontrer, de se rassembler dans un esprit léger, plaisant voire ludique, au-delà des cercles de socialisation habituels. Polymorphes, les tiers-lieux dépendent des fréquentations plus ou moins régulières d’individus qui les font vivre, y nouant des relations significatives ou y réalisant des expériences psychologiquement soutenantes. Dans ses dimensions opérationnelles, le tiers-lieu permet d’étudier les façons dont les enfants évoluent, vivent, socialisent, apprennent, expérimentent, transgressent, à l’interface entre l’école et la maison, en marge de la surveillance continue des adultes.

Le chemin de lécole conçu comme un tiers-lieu permet de mettre en lumière deux dimensions fortes et interdépendantes, qui sont cruciales à son étude dans toute sa complexité. D’une part, il met la focale sur le statut d’acteur social de l’enfant, agissant sur et interagissant avec son environnement social et environnemental. D’autre part, le chemin, dépassant le seul statut de trajet, devient un espace coproduit par des personnes qui ne sont pas simples passantes et passants, mais de véritables agents cocréateurs de l’environnement. En écho avec une série de concepts proches, le tiers-lieu évoque les travaux de Lefebvre (1974), montrant la triplicité de l’espace : perçu, conçu et vécu. Le chemin de l’école au-delà d’être conçu par des adultes – des urbanistes aux politiques – peut être un véritable espace vécu par les enfants, au travers duquel ils appréhendent leur environnement. Dans la même ligne, la notion de seuil (Turner, 1966) permet de questionner l’impact des transitions sur l’identité ou les identités des individus. Ce passage permet à l’enfant de se préparer et de s’approcher progressivement des attitudes et comportements (voire rôles) attendus dans les espaces vers lesquels il se dirige. De manière complémentaire, le temps de transition permet d’expérimenter d’autres façon d’être et de faire, se forgeant de manière temporaire une identité propre. Une fois le seuil franchi – ici celui de la maison ou de l’école – l’enfant endosse le rôle de « fille ou fils de » ou d’« élève ».

Ce cadrage théorique est mis à l’épreuve de réalités diverses et de champs disciplinaires variés dans un ouvrage collectif dont l’ambition affichée est de croiser les regards sur un objet d’étude légitime et complexe. Les auteurs et autrices apportent des éléments de réponse aux questionnement généraux : « Quest-ce qui est spécifique à cette expérience quasi universelle du chemin de l’école et quest-ce qui varie selon les individus ou les contextes ? ». Et, en ligne avec les développements récents de la recherche auprès des enfants, qui porte une attention spécifique aux récits des enfants eux-mêmes sur leurs expériences, voire comme partenaires actifs du processus de recherche, co-créateurs de connaissances (recherche transdisicplinaire) : « Comment les enfants agissent-ils, impactent-ils et apprécient-ils le chemin de lécole ? ».

Regards croisés sur un objet d’étude complexe

Cet ouvrage collectif se compose de onze chapitres, organisés en deux parties. La première présente différents cadres théoriques qui ont été développés pour approcher le chemin de l’école comme objet d’étude. Elle documente également les méthodes de recherche originales et innovantes ainsi que les stratégies utilisées pour générer et analyser des données à partir de ces points de vue théoriques. La deuxième partie rassemble des exemples empiriques d’études sur les expériences des enfants sur le chemin de l’école, à travers le monde, et souligne les particularités des différentes réalités régionales, locales et individuelles.

Le premier chapitre, rédigé par l’équipe de recherche dirigeant l’ouvrage, propose une analyse multidimensionnelle de la manière dont le chemin de l’école peut être une expérience significative pour les enfants et sous quelles conditions. En structurant le cadre théorique autour du concept de tiers-lieu, il explore la pluralité des expériences individuelles et collectives vécues par des enfants scolarisés en Suisse. Les expériences vécues par les enfants sur les plans social, d’apprentissage, de bien-être et de sécurité routière sont mises en évidence, définissant les contours d’un chemin de lécole adapté à l’enfant.

Dans le second chapitre, Sonia Cele, explore la manière dont les activités des enfants sur le chemin de l’école à Stockholm (Suède) façonnent la signification et la relation au lieu. En marchant, les enfants interagissent avec d’autres personnes, divers éléments de la nature et des artefacts matériels. Ces rencontres déclenchent des sentiments chez l’enfant et lui permettent d’explorer, de découvrir et d’établir une relation avec le monde qui l’entoure. Les activités auxquelles se livrent les enfants, telles que récolter des objets, épier au travers d’une fenêtre, sauter pour toucher un élément surélevé, peuvent sembler « banales » aux yeux des adultes. Pourtant, l’autrice indique qu’il s’agit de processus autotéliques qui représentent des activités épanouissantes, dans lesquelles les enfants s’engagent de manière répétée parce qu’ils les apprécient et y trouvent du sens. Elle insiste sur la nécessité de reconnaître leur importance pour le bien-être des enfants.

Le troisième chapitre est rédigé par un collectif international. Il se centre sur les dangers et les risques que les enfants d’âge scolaire des quartiers défavorisés d’Abuja (Nigeria) et du Cap (Afrique du Sud) perçoivent sur le chemin de l’école. Le chemin de l’école est difficile pour les filles plus spécifiquement car celles-ci se sentent régulièrement exposées à des menaces, en particulier au harcèlement sexuel et au viol. Même lorsqu’elles se déplacent en groupe – une stratégie courante pour garantir leur sécurité et permettre des interactions sociales – elles se trouvent encore exposées à des dangers, surtout lorsqu’elles se déplacent à pied ou montent dans des taxis. Le collectif questionne la dimension « plaisante » du tiers-lieu lorsque le concept est appliqué à ces contextes.

Dans le quatrième chapitre, Nadja Monnet part du constat que la présence progressivement plus réduite d’enfants dans les rues est souvent imputée à l’intensification du trafic routier. Elle examine le rôle d’autres facteurs qui ont contribué au retrait de nombreux enfants et jeunes de la sphère publique, tels que des espaces domestiques contemporains plus confortables et intéressants (multimédia) et des environnement urbains extérieurs plus hostiles aux explorations libres des jeunes. L’autrice affirme que le chemin de l’école, et ce qu’il s’y passe, peuvent contribuer à éclairer la possibilité ou l’impossibilité pour les jeunes d’explorer l’extérieur. Le chapitre soulève des aspects méthodologiques inhérents à l’étude de cet objet dans l’action et avec les enfants, plutôt que de travailler à partir de la seule interprétation des adultes.

Pour clore cette première partie, le chapitre de Sonia Curnier questionne comment les aspects de conception du lieu et des itinéraires peuvent rendre le trajet vers l’école non seulement sûr, mais aussi enrichissant et ludique. Elle argumente que si de nombreux aspects qui déterminent ce parcours sont de nature sociale et culturelle, l’aménagement spatial du chemin de l’école peut également s’avérer très important. Le chemin de l’école peut gagner en valeur aux yeux de ses utilisateurs et utilisatrices lorsqu’il est agrémenté d’artefacts multifonctionnels ou équivoques, qui présentent l’avantage de favoriser l’improvisation, l’interprétation et l’expérimentation, comme prémisses de l’apprentissage. Elle affirme que l’équivocité et la multifonctionnalité dans la conception des espaces publics pourraient contribuer à des ambitions éducatives et pédagogiques.

La seconde partie, qui présente des études empiriques d’expériences des enfants sur le chemin de l’école à travers le monde, débute avec la contribution de Penelope Carroll et Karen Witten. Ces autrices se centrent sur les liens émotionnels et affectifs des enfants développés à travers des expériences de mobilité indépendante et de l’espace. Sur la base de deux projets conduits en Nouvelle Zélande, elles soulignent comment les enfants peuvent devenir des partenaires actifs du processus de recherche et contribuer à la co-construction de voisinages respectueux des enfants. Elles affirment également que l’importance des tiers-lieux pour le bien-être des enfants est souvent négligée et que l’urbanisme doit soutenir la propension des enfants à s’approprier les espaces publics urbains pour jouer.

De manière complémentaire, Joachim Scheiner et Stefan Lohmüller présentent les résultats d’une étude de cas menée dans la ville de Lünen, en Allemagne. Partant du constat de la diminution de la mobilité indépendante des enfants sur le chemin de l’école et de l’augmentation des trajets en voiture, ils récoltent les perceptions et les attitudes des parents à l’égard de la mobilité indépendante de leurs enfants. Les auteurs tirent des conclusions précieuses pour la recherche et la planification urbaine. Fondé sur le même constat de la diminution de la marche comme modalité de déplacement, le huitième chapitre présente une recherche sur le projet de Trottibus mis en œuvre au Québec. Travaillant avec une méthodologie mixte, qui articule une enquête en ligne et des interviews, le collectif d’autrices montre que les programmes de bus scolaires pédestres, tels que le Trottibus, représentent une occasion de modifier les habitudes de mobilité, notamment sur le chemin de l’école.

Eléonore Pigalle présente ensuite une analyse de distribution de ces mêmes lignes bus pédestres – en Europe Pédibus – dans la ville de Lausanne (Suisse). Elle conclut que la répartition inégale des lignes de Pédibus semble être déterminée principalement par des arrangements sociaux et un ancrage géographique, combinés à une tradition d’engagement collectif ou associatif. Les parents mettent en place un Pédibus lorsqu’ils estiment que la voiture menace la sécurité de leurs enfants sur le chemin de l’école. L’autrice argumente qu’il ne s’agit dès lors pas d’une politique de planification mais une stratégie de communication et de sensibilisation basée sur la responsabilité individuelle et morale.

En s’appuyant sur la théorie du comportement planifié, une équipe de recherche chinoise étudie, dans le dixième chapitre, les facteurs psychologiques causés par les effets de la cognition et des habitudes comportementales des adultes, afin de comprendre le comportement des enfants en matière de déplacements entre le domicile et l’école dans la ville de Shaoxing. Elle parvient ainsi à mettre en lumière la relation entre caractéristiques socio-économiques et d’autres variables du comportement planifié (modalité de déplacement, nombre d’enfants, etc.).

Enfin, Tim Ross et Ron Buliung présentent une étude ethnographique portant sur la manière dont les enfants en situation de handicap et leurs parents vivent les trajets quotidiens vers l’école dans la région du Grand Toronto et de Hamilton, dans l’Ontario, au Canada. Ils montrent comment le « capacitisme » – la préférence normalisée pour des capacités spécifiques et la vision négative des individus qui n’ont pas ces capacités – affecte les parcours scolaires des familles vivant avec un handicap infantile. Dans une perspective d’inclusion, les auteurs affirment que les possibilités de vivre les trajets scolaires comme un tiers-lieu devraient être étendues aux enfants en situation de handicap, qui sont fréquemment contraints d’être véhiculés, hors de la présence de pairs.

Références

Lefebvre, Henri. “La production de l’espace”. L’Homme et la société 31-32 (1974): 15-32. https://www.persee.fr/doc/homso_0018-4306_1974_num_31_1_1855

Oldenburg, Ray. The great good place: Cafés, coffee shops, community centers, beauty parlors, general stores, bars, hangouts, and how they get you through the day, 2nd Ed, Michigan: Paragon House, 1999.

Tuner, Victor. Liminality and Communitas. In The Ritual Process. Structure and Anti-Structure, edited by Victor Tuner, Roger D. Abrahams and Alfred Harris, 94-113. Chicago: Aldine Publishing, 1969.

Recension faite par Zoe Moody, Haute école pédagogique du Valais et Centre interfacultaire en Droits de l’Enfant, Université de Genève (Suisse).

Moody, Z., Berchtold-Sedooka, A., Camponovo, S., Darbellay, F. & Jaffé, Ph.D. (Eds.). (2023). School Journey as a Third Place: Theories, Methods and Experiences Around the World. Anthem press. https://doi.org/10.2307/jj.766973

Les références et ressources de l’association Momkin – 3-2-1

Ressources :

les numéros de la Baguette Magique en téléchargement

le catalogue le jeu de carte CARTACONTA et le JEU DE L’OIE “un jour à la Casté” sont disponibles en téléchargement libre :

Le site du collectif ORANGOTANGO qui propose des expériences entre géographie, éducation populaire et art.

Une conférence-performance tenue par  Jacques Lévy, à partir du livre “Les villes invisibles” de Italo Calvino. 

Bibliographie

G. Campagnoli, P.Mottana, La città educante. manifesto dell’educazione diffusa. Come oltrepassare la scuola, Asterios, Trieste, 2017

G. Campagnoli, P.Mottana, Educazione diffusa. Istruzioni per l’uso, Terra Nuova, Firenze, 2020

P. Mottana, Il sistema dell’educazione diffusa. Strutture, persone, programmi, Dissensi, Roma, 2023.  

Rodari Gianni et Salomon Roger, 2010, Grammaire de l’imagination, Voisins-le-Bretonneux, Rue du monde, 224 p.

Balançoire

En partant de l’invention technique de la balançoire, qui figure sur des vases grecs datés du Ve siècle av. J.-C., l’auteure propose d’esquisser une ethno-histoire de ce dispositif de jeux à l’air libre. Cela permet d’interroger ce que les aires de jeux (invention urbaine du XIXe siècle) disent de nos conceptions de l’enfance, en mettant en avant ce que l’aménagement des espaces fait aux jeunesses et ce que celles-ci leur font en retour. Les changements de matériaux dans le design des balançoires modernes (d’abord en acier, puis en bois – avant tout du séquoia – et en plastique) nous content les changements de regard sur l’enfance de nos sociétés de plus en plus urbaines, mais aussi sur notre rapport aux jeux, aux risques et au milieu.

Cet écrit s’inscrit dans l’abécédaire de la transformation urbaine, un projet éditorial du Laboratoire Architecture/Anthropologie de l’École Nationale Supérieure d’Architceture de Paris La Villette, et a bénéficié de l’appui de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS dans le cadre du programme « Soutien à la mobilité internationale 2023 », obtenu lors d’une délégation CNRS dans l’unité mixte de recherche Temps, Espaces, Langages en Europe méridionale et Méditerranée (UMR 7303 TELEMME, Aix-Marseille Université, CNRS, Aix-en-Provence, France) pour l’année académique 2022-2023

Jeunesses magrébines

Sur l’avenue Hassan II à Rabat, un groupe de jeunes se bat. Aucun d’entre eux n’a plus de vingt ans. Jeans, chemises, polos de marques multinationales du côté aisé de la planète, ils affichent leur style juvénile. Les insultes fusent et l’un des garçons menace l’un des autres membres du groupe avec une ceinture qu’il a enlevée d’un geste du bras. Mais ils ne vont pas jusqu’à la violence physique. Un agent de la circulation les observe sans y prêter attention. Des groupes de jeunes filles se promènent sur la corniche d’Alger dans leurs tenues occidentales chères et à la mode : chaussures à semelles compensées, maquillage et, pour certaines, avec une touche plus traditionnelle, un châle pour couvrir leurs cheveux. Dans les rues centrales de Salé, un groupe de garçons de quatorze à quinze ans, pantalons élimés, certains torse nu, la plupart pieds nus et certains en galabiya (vêtement traditionel égyptien), s’amusent à importuner les passants avec leur lance-pierre. Sur les terrasses des clubs sportifs de la rive ouest du Nil, en face de l’île de Gezirah et aussi sur sa rive ouest, des jeunes des deux sexes, des étudiants universitaires et des personnes généralement aisées discutent, bavardent et écoutent les chanteurs à la mode sur les haut-parleurs du bar du club.

Dans ce livre, on s’interoge sur ce que signifie être jeune dans les sociétés maghrébines de la deuxième décennie du XXIe siècle. Ce volume ne vise pas – loin s’en faut – à apporter une réponse exhaustive à cette question, mais plutôt à offrir des bribes de la vie des jeunes dans des contextes marqués par la précarité, l’informalité et la marginalité, mais aussi par la solidarité, l’hospitalité et le communautarisme, afin que le lecteur puisse se faire une idée pour répondre lui-même à la question. En ce sens, les textes qui composent ce recueil de vies humaines abordent un sujet peu traité par l’anthropologie et l’ethnographie : les groupes de jeunes en Afrique du Nord. Nous présentons des processus aux frontières floues dans des lieux différents, avec des conditions sociales, politiques et économiques différentes. En observant les pratiques, les symboles partagés et le langage utilisé par les groupes de jeunes, nous essayons de voir comment ces jeunes naviguent entre les valeurs sociales et culturelles hégémoniques et celles pratiquées dans la rue qui sont considérées comme “anormales” et “inacceptables” par les “juges de la normalité”, même s’il s’agit de pratiques illégales mais socialement légitimées.

Jose Sánchez-García, anthropologue, a consacré une grande partie de ses recherches à l’analyse des cultures de la jeunesse dans les sociétés arabes. Ses principales contributions comprennent l’étude des cultures de jeunesse en Égypte et au Maroc, l’analyse des pratiques, des valeurs et des identités des jeunes dans différents contextes en appliquant des approches intersectionnelles et décoloniales. Ses contributions théoriques et empiriques ont permis de mieux comprendre les cultures des jeunes dans les pays arabes et les processus de construction des identités des jeunes dans des contextes culturels et politiques complexes.

« Le quotidien »

Notre programme s’intéressant à la vie quotidienne des enfants et des jeunes trouvera certainement du grain à moudre dans le nouveau et riche numéro de la revue Communications (nº112, 2023), dirigé par Véronique Nahoum-Grappe, Martyne Perrot et Thierry Pillon et consacré au quotidien. Le quotidien souvent considéré comme une notion vague et peu précise est ici abordée à bras le corps et décrite comme renvoyant “à une double temporalité : celle du présent ordinaire, perçu comme prosaïque, dénué d’intérêt, de grandeur. Mais aussi, celle de la répétition indéfinie des jours, des tâches dites « quotidiennes ». Le quotidien est donc un défi pour la description. Comment rendre compte à la fois de la continuité et de la répétition, du banal et de l’exceptionnel ? Si la littérature semble mieux armée pour s’en saisir, le quotidien n’a pourtant jamais cessé d’interroger les sciences sociales”.

Références bibliographiques des membres du projet

AUDREN Gwenaëlle, BABY-COLLIN Virginie, « Mobilités intersectorielles entre public et privé à l’aune des inégalités et des territoires scolaires à Marseille : ce que cache le « zapping ». Formation Emploi. Revue française de sciences sociales, La documentation française/CEREQ, 2021, 155, pp.117-140. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03512786

AUDREN Gwenaëlle, 2020, « L’école privée au service de l’attractivité territoriale ? Politiques scolaires et renouvellement urbain à Marseille, CRES Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 2020. https://journals.openedition.org/cres/4822

AUDREN Gwenaëlle, BABY-COLLIN Virginie, VALCIN M., « L’école, une ressource pour les populations migrantes. Regards croisés de l’institution et des parents d’élèves dans le centre-ville de Marseille », REMI Revue européenne des migrations internationales, n°34 (4), 2019, pp. 93-118.

BABY-COLLIN Virginie, SOUIAH Farida, dir, Enfances et jeunesses en migration, Paris, Le cavalier bleu, collection Mimed, 2022.

BABY-COLLIN Virginie, PERSINI Céline, « A Marseille, une scolarisation en demi-teinte ? », Plein droit, numéro spécial sur les mineurs non accompagnés, 2022/2, n°133, p. 28-31

BABY-COLLIN Virginie, EXBRAYAT Cécile, RUSSO Luna, « Trajectoires scolaires de jeunes lycéennes migrantes allophones. Une étude qualitative dans un lycée de Marseille », in Jeunes mineurs en mobilité JMM, N°6, 2021,p. 20-33. (http://o-m-m.org/index.php/2021/12/06/jmm-no-6/)

BOUILLON Florence, HEJOAKA Fabienne, JACQUEMIN Mélanie, 2022, Enquêter avec des enfants et des adolescent·e·s : enjeux, terrains, outils, Ethnographiques.org, nº 43, URL : https://www.ethnographiques.org/2022/Hejoaka_Jacquemin_Bouillon

BREVIGLIERI Marc, 2015, L’enfant des villes. Considérations sur la place du jeu et la créativité de l’architecte face à l’émergence de la ville garantie, Ambiances [En ligne], Enjeux – Arguments – Positions, mis en ligne le 20 avril 2015, consulté le 18 octobre 2021. URL : https://journals.openedition.org/ambiances/509

BREVIGLIERI Marc, CICCHELLI, V. (dir.), 2007, Adolescences méditerranéennes. L’espace public à petits pas. Paris: L’Harmattan, collection Débats jeunesses.

BULLEN Claire, à venir, From the street to the world: Embedding diverse urban social networks in multi-scalar relations of power. In : Basov, Nikita (ed.), Networks in the Global World VI: Proceedings of NetGloW 2022, Artem Antonyuk. Springer.

BULLEN Claire, 2022, Gentrified, Euro-Mediterranean, Arabic? Situating Mediterranean Locations along a Street in Marseille, In: Rommel Carl and Joseph John Viscomi (eds) Locating the Mediterranean: Connections and Separations across Space and Time, Helsinki, Helsinki University Press, pp. 103–127. https://doi.org/10.33134/HUP-18-5.

FONTICELLI Claire, BONIN Sophie, SGARD Anne et TOUBLANC Monique, « Être formé et former à la médiation paysagère : place dans les cursus de paysagistes et regards croisés d’enseignants et d’apprenants », Projets de paysage. Revue scientifique sur la conception et l’aménagement de l’espace, 28 septembre 2022, no 26.

FONTICELLI Claire, 2022, « La pratique du terrain par les étudiants, objet de recherche en didactique du paysage », Bulletin de l’association de géographes français. Géographies, 11 juillet 2022, vol. 99, Numéro 2, p. 251-268.

FONTICELLI Claire, SGARD Anne, GUILLAUMONT Natacha, BILLEAU Sandrine, 2021, « Dos au paysage, un atelier immersif pour ressentir le paysage ordinaire », Festival international de géographie, Saint-Dié-des-Vosges.

IMPEDOVO Maria-Antonietta, CORVASCE C., GADILLE M., MENCACCI N. Recherche action participative : quelle interdisciplinarité pour quelle émancipation ? Regard croisé avec la recherche collaborative. In P. Roy (dir.), Actes du colloque international sur les recherches participatives, chapitre 6, Haute Ecole Pédagogique de Fribourg (ed), Fribourg, 2020.

IMPEDOVO Maria-Antonietta, GADILLE M., REMON J., CORVASCE C., VINCENT C. Le corps du chercheur dans la Recherche Action Participative. COLLOQUE SFERE. Colloque SFERE-Provence (FED4238) / AMPIRIC – Apprentissages, stratégies et politiques éducatives. Quelles interdisciplinarités, méthodologies et perspectives internationales ? 30-31 Mars 2021, online.

IMPEDOVO Maria-Antonietta, GADILLE, M. The Embodiment Dimension While Learning and Teaching in a Virtual World. Journal of Systemics, Cybernetics and Informatics (JSCI), 18, 2, 2020.

LANCIEN, Alice, Collectif Pop-Part. Une place à prendre? Les “jeunes” dans les espaces publics urbains d’un quartier en gentrification, Agora Débats jeunesse, Presses de Sciences Po, 2023, 93. À paraître.

LO MONACO, Grégory, PIERMATTEO A., RATEAU P., TAVANI, J. L. Methods for studying the structure of social representations: a critical review and agenda for future research. Journal for the Theory of Social Behaviour, 47(3), 2017, 306-331.

LO MONACO, Grégory, PIERMATTEO, A., TAVANI, J. L. Improving the study of social representations through word associations: validation of the semantic contextualization. Field Methods, 30(3), 2018, 1-15.

LO MONACO, Grégory, PROST M., PIERMATTÉO A. (accepted). Social representations, social identity and representational imputation: a review and an agenda for future research, European Psychologist.

MONNET Nadja, CAMPONOVO Rita, MOODY Zoé, DARBELLAY Frédéric. Research with children from a transdisciplinary perspective : coproduction of knowledge by walking, Children’s geographies_Research with children, 2022.

MONNET Nadja, LAISNEY Patrice, (coord dossier) Jeu et apprentissages: regards croisés en école d’architecture et en sciences de l’éducation. Sud Volumes critiques ; Revue de l’ ENSA*M, nº4 (Marseille), 2020 https://revue.marseille.archi.fr/les-enjeux-du-jeu-pour-apprendre/

MONNET Nadja, BOUKALA Mouloud. Explorer la ville: le rapport aux espaces publics des enfants et adolescents, Enfances, Familles, Générations, nº 30, 2018 (en ligne) http://www.efg.inrs.ca/numero/explorer-la-ville-le-rapport-aux-espaces-publics-des-enfants-et-des-adolescents/