Archives de catégorie : Autres évènements

Rencontre enseignant·e·s / chercheuses

Programme du 26 février 2024, 9h30-16h – MMSH Aix en Provence – sur inscription à l’Académie

La place des enfants et des adolescents dans les transformations urbaines en Europe méridionale et en Méditerranée

9h30: Tour de présentation des participants

10h: Présentation du laboratoire LIEU par Claire Fonticelli, géographe, urbaniste, paysagiste, maîtresse de conférences en urbanisme et aménagement, IUT, Laboratoire Lieu – chercheuse associée au LAREP et à PLACES; participation à un programme de recherche portant sur la didactique du paysage, porté par l’Université de Genève

10h30: Présentation collective du programme Prendre Place: Enfances, adolescences et transformation urbaines en Europe méridionale et Méditerranée

11h: Transformer les espaces scolaires pour éduquer à la soutenabilité : une démarche collective à l’école primaire, Laure Sabine Bampi, docteure en Sciences de l’éducation, architecte dplg, fondatrice de l’association CiNA, chercheuse associée au Centre méditerranéen de sociologie, de science politique et d’histoire (MESOPOLHIS), UMR 7064) et Corine Jégou, didacticienne de la biologie, maîtresse de conférences à l’Institut Supérieur du Professorat et de l’Éducation (Inspé), membre de la FED 4238 SFERE-Provence, membre du comité de scientifique du réseau SIEST Méditerranée (Séminaire Inter-laboratoires sur l’Éducation scientifique et Technologiques) // Leur présentation est disponible ici: Rencontres EC_260224_LSB_CJ

12h30: pause déjeuner

14h: Jeux et espaces d’apprentissages “informels”,  Nadja Monnet, maître de conférences à l’ENSA Marseille, chercheuse au LAA-LAVUE, UMR 7218, CNRS

15h: Les écoles, des aménités urbaines au sein de métropoles en recomposition ? Les cas d’Atlanta et de Philadelphie aux Etats-Unis, Nora Nafaa, Chargée de recherches, CNRS, UMR TELEMMe, Aix-Marseille Université

Rôle des enfants à Tiznit (Maroc)

Vendredi 8 décembre, 9h-11h

Campus Saint-Charles – Espace Yves Mathieu, Marseille. Salle de conférences n°15-405

Dialogue entre Marc Breviglieri (spécialiste de l’enfance, professeur à l’HES.SO-HETS Genève et chercheur au CRESSON-laboratoire AAU) et David Goeury (chercheur à l’HES.SO-HETS Genève et au laboratoire Médiations, Sciences des lieux, sciences des liens) sur la place des enfants de l’oasis de Tiznit (Maroc) dans la réactivation d’une place publique.

Inscription obligatoire avant le 4 décembre: https://framadate.org/xyJ6Pg7LRGaLa7tP

Table ronde à l’IMVT

Jeudi 7 décembre 17h30-19h

Bibliothèque IMVT, 2 place Guesde, 13003 Marseille

Table ronde autour de 3 ouvrages parus récemment :

      - Géographie de l’éducation; concepts, enjeux et territoires sous la direction de A. Delage, D. Giband, K. Mary, N. Naafa

      - School Jorney as a third place: Theories, Methods and Experiences around the word, sous la direction de Z. Moody, A. Berchtold-Sedooka, S. Camponovo, Ph.D. Jaffé, F. Darbellay

      - L’école buissonante; à la découverte d’une friche sous la direction de M. Brun et C. Mattaug

Avec la présence de Zoé Moody du Centre Interfacultaire en Droits de l’Enfant de l’Université de Genève, Nora Nafaa, chargée de recherche au laboratoire TELEMME, Marion Brun, ingénieure de recherche au Larep, ENSP Versailles Modération : Claire Fonticelli

Inscription obligatoire jusqu’au 6 décembre ici: https://www.marseille.archi.fr/actus/debat-autour-de-livre-programme-prendre-place-7-decembre-2023-bibliotheque/

Souk des Sciences

Nous avons participé à la 20ème édition du Souk des Sciences dans le centre commercial Avant Cap à Cabriès, le samedi 18 novembre de 9h30 à 18h.

Quelques souvenirs de cette journée où les échanges sur les transformations urbaines se sont déroulés à bâtons rompus autour d’un plan de la zone commerciale, des billes et des aimants…

De nombreux parents sont venus nous partager leurs inquiétudes sur la difficulté de trouver des espaces agréables où laisser leurs enfants s’épanouir et expérimenter avec toutes sortes de matériaux. D’autres ont eu autant de plaisir que leurs enfants à lancer et ramasser des billes en nous racontant les raisons de leur présence en ce lieu.

Une habituée du centre commercial, entre 7 et 8 ans, qui y vient fréquemment et y passe de nombreuses heures avec son petit frère, sa maman, sa tante et son oncle. Elle a représenté sa maison et le rond point qui conduit au centre commercial.

A l’entrée sud de la galerie marchande, une aire de jeux “qui vient d’être installée et de qualité”, selon les termes d’un couple avec deux enfants en bas âge. Ils nous confient trouver cet endroit pratique car cela leur permet de concilier course et sortie pour les enfants.

Un dessin d’Ali qui a passé deux fois sur le stand, la deuxième fois avec sa maman et sa soeur en plus de son père. Il a produit une bonne vingtaine de dessins pendant que son père parlait au téléphone.

C’est très largement la voiture qui est utilisée pour se rendre à Avant Cap. Parmi toutes les personnes rencontrées au cours de la journée, seuls un garçon et sa maman s’y sont rendus à pied. Selon lui, ils ont marché deux heures pour venir au Souk des Sciences. Par contre, ils n’étaient pas les seuls à venir expressément pour l’événement. Certains nous ont même dit qu’habituellement ils ne mettaient pas les pieds dans ce genre de lieu mais “comme c’est tellement rare des événements comme ça”, ils ont “fait l’effort d’entrer” pour voir ce qui était proposé.

La place des enfants dans le quartier et la ville

Le 7 octobre 2023 se tiendra une grande journée de participation enfants/ adultes, afin de déterminer ensemble des pistes de réflexion et d’actions locales, pour améliorer le quotidien et les conditions de vie des enfants et donc de tous.

Parce que la ville est construite depuis trop longtemps sur un modèle qui ne correspond pas aux usages et aux modes de vie,

Parce que penser aux enfants, c’est penser à nous tous, à la place que nous donnons au développement des individualités, à la formation de soi, à notre environnement…

> Réfléchissons ensemble, à la place des enfants, celle qu’ils ont, mais surtout celle que nous pourrions leur donner, ou qu’ils pourraient prendre, ici, et ensemble.

> Partons pour une fois de leur point de vue, au lieu de toujours parler à leur place, écoutons, échangeons, prenons les au sérieux.

Journée organisée par l’association Pragma et le LAVUE en partenariat avec la Friche Belle de Mai et les associations Momkin et 321, avec le soutien de l’Institut des Sciences humaines et sociales (INSHS) du CNRS, dans le cadre du programme transversal MMSH-AMU “Prendre place; enfances, adolescences et transformations urbaines en Méditerranée”.


Inscription enfants (8 – 18 ans) / Adultes et renseignements ici:  pragma.bdm@gmail.com

Le déroulé en détail:

  • Le matin (9h/ 12h), ce sont les enfants qui vont discuter, (habitants du quartier, membres d’associations, conseils des enfants, etc), réfléchir, élaborer des priorités ensemble, sur leurs modes de vie, les problématiques qui se posent, les urgences, leurs désirs aussi.

> Accueil 9h, petit déjeuner. Ateliers jusqu’à midi

> Salle Seïta , Friche, quartier Belle de Mai, Marseille

  • Le midi, un repas (à petits prix, concocté par une association locale) permettra de découvrir leurs travaux, avec une exposition dédiée, et de se retrouver dans une ambiance conviviale.

> Devant la salle Seïta, si le temps le permet (sinon à l’intérieur)

  • L’après-midi (13h30/16h):  place aux adultes (habitants du quartier, membres de collectifs et associations, acteurs). Ensemble, il s’agira de définir des pistes de réflexion, des actions envisageables pour améliorer les conditions de vie des enfants ( et donc de tous) dans la localité et dans la ville.

> Salle Seïta, Friche

  • A 16h30, une restitution publique aura lieu sur le plateau de Radio grenouille, place Cadenat, suivie d’un apéritif pour prolonger les discussions.

Nous profiterons ensuite du programme de Plexus rouge et en chantier, plateau émission radio Belle de Mai, et performances artistiques!!!

Pour plus d’info: https://www.lafriche.org/evenements/quelle-place-pour-les-enfants-dans-la-ville-et-dans-le-quartier/

Pour un compt-rendu de cette journée, se rendre sur l’onglet: Avis d’enfants

BALADE & CINÉMA

4 mars 2023

Les chemins de Miramar

Miramar est le nom d’un petit domaine bastidaire entre Saint Henri et l’Estaque. La villa a été détruite depuis longtemps mais le jardin a survécu et durant des années a accueilli les usages des riverains qui en prenaient soin. 

En 2020 une mobilisation s’est constituée pour sauver ce petit poumon vert d’une extension de stockage de containers. Aboutissant au classement du terrain en Espace Vert Protégé, cette aventure riche en péripéties et en rencontres humaines a fait écho au tournage du film Tant que le soleil frappe, qui se déroulait simultanément.

La balade a permis d’aller découvrir les lieux et ses histoires mais aussi d’échanger sur l’importance des pratiques citoyennes dans l’aménagement urbain en temps de crise écologique.

Balade proposée par le collectif Sauvons Miramar et la coopérative Hôtel du Nord avec le CIQ de St Henri, les associations Thala,Trait d’Union, 3.2.1, Momkim. 

En collaboration avec le programme transversal Prendre place de la MMSH (AMU-CNRS).

 

PROJECTION

Tant que le soleil frappe, de Philippe Petit, 2023

Max ne rêve pas de faire des murs végétaux pour des hôtels cinq étoiles. Paysagiste tenace, engagé mais acculé, il se bat pour créer un jardin sauvage, sans clôture, en plein centre-ville d’une métropole : une zone végétale ouverte à tous. Après des années de refus, son projet arrive en finale d’un concours d’architecture. Pour Max, c’est la dernière chance d’offrir de l’oxygène aux habitants qui suffoquent dans un enfer urbain, sous le soleil qui frappe.

 

 Suivi d’une discussion avec les acteurs, le co scénariste et les associations locales partenaires.

 

Extrait de la lettre du printemps du collectif Sauvons Miramar:

SOUVENIRS DE LA BALADE CINÉMATOGRAPHIQUE,  à l’occasion de la projection du film Tant que le soleil Frappe à l’Alhambra (avec notre comédien de voisin Pascal Rénéric)

Dans le même type de démarche que celle qui s’est menée autour de la Gare mais cette fois côté St Henri, samedi dernier nous avons arpenté le quartier en rencontrant des endroits, des initiatives et des questions : comment partager des usages variés sur une place (Raphel), comment s’inventer un jardin en commun dans un délaissé (Espace Brosseau), comment cultiver des pratiques collectives dans un espace vert soigné par ses voisins de près ou de plus loin (Miramar), comment reprendre place dans un espace public confisqué (la Jougarelle-Castellane). 

Et le film Tant que le soleil frappe qui a suivi nous a permis de bien nous rappeler que toutes ces aventures citoyennes posent aussi la question de comment on prend place dans des politiques d’aménagement étroites…

A suivre…

Merci à l’Alhambra, à la coopérative Hôtel du Nord, à l’association THALA, aux collectifs Brosseau , 3.2.1, Trait d’union, Momkin et au CIQ de St Henri.

Quelques photos pour se faire une petite idée de l’ambiance…