Retour sur la journée enfants-adultes: la place des enfants dans le quartier et la ville

La journée de participation enfants-adultes organisée le 7 octobre 2023 à la Friche Belle de Mai résulte d’une confluence de réflexions et d’expérimentations, un processus dont elle constitue une étape. C’est en effet avec l’organisation du premier “Conseil des enfants” de Marseille, projet pilote en mairie de secteur des 2ème et 3ème arrondissements1 que Pragma s’est engagé plus particulièrement avec les enfants, dans le but de promouvoir leur participation et de faciliter le développement du pouvoir de penser et d’agir.

Les hypothèses et méthodologies de travail avec les enfants étaient déjà issues de travaux de recherche antérieurs, considérant à la suite de John Dewey l’éducation comme un processus continu et interactif entre l’individu et l’environnement, une transaction tout au long de la vie, qui permet, si les ressources sont suffisantes dans l’environnement de vie, d’avoir assez de capacités d’agir et de penser pour se développer de manière épanouissante et pour agir sur ses conditions d’existence lorsqu’un problème surgit. Partir de l’enfance et faire participer les personnes dès le plus jeune âge allait alors de soi.

Cette expérience a été conduite également dans un autre secteur (6 et 8èmes arrondissements), et les enfants tirés au sort dans les écoles se sont réunis une fois par mois pour réfléchir ensemble et formuler un avis et des projets. Un autre dispositif a également été initié, en parallèle, plus directement inspiré des travaux de Francesco Tonucci (2019a) et de son idée de repenser la place des enfants dans la ville. Avec Nelly Flecher de Radio grenouille et Anne-Charlotte Vilmus (urbaniste architecte), nous ambitionnions de mettre en place une rue des enfants dans le quartier populaire de Félix Pyat à Marseille, considéré comme un des plus pauvres d’Europe, avec des ateliers en classe permettant aux enfants de s’exprimer et d’imaginer la rue des enfants qu’ils souhaiteraient. Le contenu des revendications et des “rêves” des enfants était là aussi poignant, et faisait écho aux propos des différents “Conseils des enfants”, soulignant de gros problèmes de violence, d’accès à la nourriture, de harcèlement, de manque de liberté, de besoin de protection, de végétalisation, etc.

Les résultats et constats issus de ces différentes expériences, et notamment les problèmes soulevés, ont montré l’urgence à repenser la place de l’enfant – et par-là de toustes- dans le quartier et dans la ville; la place que nous donnons au développement des individualités, à la formation de soi, à notre environnement. Comment se développer correctement dans ce contexte?, pouvoir construire des compétences et capacités – pour penser et agir- nécessaires à une bonne santé physique et psychique, à un épanouissement de soi? Comment donner suite aux paroles des enfants – souvent occultées ou méprisées- et à leurs débats si riches, exprimant des arguments, des émotions, mais aussi des pistes de solutions adressées aux adultes? L’idée de faire travailler ainsi les enfants sur un temps long, de leur laisser prendre une place qu’ils n’ont souvent pas (d’interlocuteur légitime, d’acteur potentiel, etc), puis de les renvoyer à leur quotidien sans aucune suite n’était pas pour nous envisageable3.

C’est dans ce contexte de questionnement et d’engagement qu’une journée de participation enfants-adultes a été initiée à la Friche de la belle de mai, afin de réfléchir ensemble à la place des enfants, et dans le but de déboucher sur des actions concrètes. Un des grands enjeux de cette journée était alors de permettre une continuité, de valoriser ces paroles exprimées au cours des différents dispositifs, de les croiser, de les interroger, de mettre en visibilité les revendications et propos des enfants des différents groupes des Conseils des enfants ainsi que de l’école de Félix Pyat. Si l’ancrage se voulait territorial pour agir plus efficacement en créant une dynamique locale, il s’agissait néanmoins d’ouvrir aussi plus largement la parole aux enfants du quartier et d’ailleurs, afin de pouvoir repenser collectivement leur place, avec eux. Différentes structures du quartier et de la ville, qui travaillent avec les enfants, ont été démarchées en amont, afin de créer des conditions adéquates de paroles en organisant des ateliers préalables, des rencontres. La réflexion collective entre les chercheurs/ses et praticien.ne.s initiée dans le cadre de ce programme “Se mettre en recherche avec les enfants” a aussi permis de se dé-placer et a donné lieu à des rencontres sur les différents terrains, des croisements d’expérience et de pratiques.

Après des visites au Parc de la Jougarelle, des enfants des ateliers buissonniers de la Castellane sont ainsi venus participer à la journée à la Friche de la Belle de Mai, le 7 octobre. D’autres venaient du quartier, habitants ou liés à différentes structures sociales ou associatives, ou de plus loin dans Marseille (notamment des 6/8èmes arrondissements). Il s’agissait alors de croiser les propos et d’organiser un dialogue avec les adultes. Non pas une journée de réflexion ou de recherche sur la place des enfants avec des adultes qui parlent aux adultes des enfants, mais une journée qui parte du point de vue des enfants, formulé par eux-mêmes, afin d’écouter ce qu’ils ont à dire aux adultes, de comprendre de quelle manière ils ressentent les choses, en tant que premiers concernés.

Dans une salle attenante à l’espace principal où ont eu lieu les débats, les différentes productions antérieures des enfants étaient mises à disposition des personnes qui voulaient en savoir plus. Lors de cette journée une cinquantaine d’enfants ont pu se rencontrer et échanger, sans la présence des adultes, mis à part celle des facilitateurs/trices de parole et partenaires de la recherche, ainsi que quelques observateurs/trices discret.e.s. Des travaux en petits groupes ont été suivis d’une restitution en “plénière”. Puis un repas était proposé à midi afin d’accueillir les adultes (familles, habitants, chercheurs, acteurs, etc.) et de permettre un échange et donner le temps d’aller découvrir les résultats des différentes expériences préalables mises à disposition. L’après-midi, les enfants ont eu la possibilité de jouer dans l’espace de la Friche; Un système de “garderie” a été proposé pour permettre aux parents de participer. Quelques enfants sont toutefois restés, s’étant proposés en amont pour animer le dispositif des adultes et participer éventuellement aux discussions. Ces derniers – environ une trentaine de participants adultes – ont pris place à leur tour, partant des propos des enfants mais aussi de leurs propres préoccupations et avis.

Quelques pistes de réflexion et d’action ont été dégagées, promettant une suite à ce processus et soulignant l’intérêt des personnes présentes pour la démarche. Le manque de temps lié à la concomitance d’autres événements nous a toutefois conduit à écourter les temps d’échange et à déplacer la restitution sur une place publique du quartier – La Place Cadenat-, où démarrait un festival et une émission de radio. Les enfants qui étaient restés ont alors conclu la journée devant le public présent – dont quelques élues- mais les suites esquissées par les participants de l’après-midi mériteraient d’être approfondies. Des rendez-vous sont déjà prévus, dont l’orientation réflexive et pratique concerne la participation des enfants, les modalités de recherche et questions émergentes, ainsi que des pistes de solution ou de coopération locales.

1 Ce dispositif a été initié par les élues à la démocratie permanente et aux écoles du 2/3ème arrondissement, alors que la Mairie centrale réfléchissait, parallèlement, à la mise en place d’un Conseil municipal des enfants de Marseille. Pendant ces deux années en Mairies de secteur, Pragma a pu mettre en place très librement une méthodologie participative et expérimentale laissant la place à l’émergence et à la prise en compte de la parole des enfants, mais aussi à la réflexion et la coconstruction des règles et de l’évolution du dispositif lui-même.

3 D’autant que les recherches effectuées sur les dispositifs citoyens adultes montrent déjà l’aspect contre-productif du fait de faire travailler les gens, de les valoriser sur un temps donné puis de les renvoyer à leur quotidien sans que leur avis soit réellement pris en compte ou leur participation prolongée.